Depuis début 2020, Wejdene a le vent en poupe. La jeune chanteuse rassemble des milliers de fans depuis la sortie de son album, en septembre dernier. Celle qui chante “Tu Hors de ma vue” multiplie les tubes avec Anissa, Coco et “16”. Mais elle vient de commettre un faux pas, pas du tout dans l’air du temps. Décryptage.

Wejdene . Cela ne vous aura sans doute pas échappé : le sort des animaux sauvages en captivité préoccupe de plus en plus les Français. Ainsi, le 29 septembre 2020, la ministre de la transition écologique, Barbara Pompili, a annoncé une série de mesures. Ainsi, l’exploitation des animaux sauvages par les cirques itinérants devrait bientôt disparaître.

Or, dimanche 8 novembre 2020, Wejdene a publié un nouveau clip pour son tube “16”. Problème : dans cette vidéo, elle tient un ours en laisse. Ces images ont scandalisé les internautes. Les associations de défense des animaux ont également réagi. En premier lieu l’association PETA, connue du grand public pour avoir banni des podium les manteaux en fourrure. Aujourd’hui, Peta publie une lettre ouverte à Wejdene. “Nous espérons qu’entre Wejdene et l’exploitation des animaux en captivité, c’est terminé, c’est fini.”

La captivité des animaux sauvages de plus en plus décriée en France

“Vous l’ignorez sûrement, mais les ours utilisés dans l’industrie du spectacle subissent des maltraitances physiques et psychologiques terribles. Même si elles ne sont pas toujours visibles lors d’une journée de tournage. Pour ces animaux sauvages, la docilité nécessaire au tournage d’un clip ne peut être obtenue qu’au prix d’un dressage particulièrement violent, fait de coups et de privations“, détaille Anissa, la directrice de communication de Peta France.

Loin de déclarer la guerre à l’artiste, Anissa cherche avant tout à l’informer : “L’ours noir a dans la nature un territoire de chasse qui peut s’étendre sur plus de 100 km². En captivité, ces être sensibles et intelligents passent leur existence toute entière à faire les cent pas dans des enclos minuscules. Ils sont souvent victimes de douloureuses mutilations : leurs griffes et crocs peuvent être arrachés ou limés pour prévenir les accidents fréquemment causés par ces prédateurs imprévisibles. Nous savons que ces informations susciteront votre sincère compassion. Et que vous n’aviez pas l’intention de soutenir des actes cruels auprès des millions de personnes qui regarderont ce clip.”

Dans l’industrie du spectacle, les maltraitances physiques et psychologiques sont systématiques

Pour bien faire passer son message, PETA a publié un autre communiqué. “Un ours noir n’a rien à faire dans un clip vidéo. La jeune chanteuse ne le savait sûrement pas, mais les animaux sauvages utilisés dans l’industrie du spectacle subissent de terribles maltraitances physiques et psychologiques. La cause animale fait aujourd’hui partie des principes et des valeurs de la population française, qui sait sans aucun doute à quel point ces êtres sensibles souffrent lorsqu’ils sont arrachés à leur mère à un jeune âge, confinés dans un environnement où ils sont privés de tout ce qui leur est naturel et dressé par la menace, la privation et les coups. Nous espérons qu’entre Wejdene et l’exploitation des animaux en captivité, c’est terminé, c’est fini.”

Est-ce que Wejdene se montrera sensible au sort des ours ? Entre éthique et objectif de carrière, son coeur balance…