La chanteuse Olivia Ruiz ne se remet pas de la mort de Jean-Michel Boris. Cet homme était son mentor mais aussi son ami. Et il manque à de nombreux autres artistes.
Sur son compte Instagram, la belle Olivia Ruiz a rendu un touchant hommage à Jean-Michel Boris. Cet homme du spectacle s’est éteint le 6 novembre dernier à l’âge de 87 ans. Adoré de nombreux artistes, il a en effet dirigé la célèbre salle de l’Olympia à Paris.

Les chanteurs ont tous eu d’émouvants souvenirs à partager en mémoire de cet homme apprécié du monde de la culture. La chanteuse Olivia Ruiz perd aujourd’hui son mentor et son ami. Sa publication a touché en plein cœur ses abonnés.

“Ce lieu c’est toi, on ne l’oubliera jamais.”

“Tu vas manquer. Ton enthousiasme. Ta coquinerie, ta fidélité. Ta générosité. Tes récits magiques, palpitants comme ceux des grands griots. Ta tendresse. Ta présence rassurante à chacun de mes grands rendez-vous depuis ce jour de 2003 où tu m’as ouvert ta porte sans jamais la refermer.”, a-t-elle commencé par écrire.

Et de poursuivre : “Je suis sûre que tu continues à veiller sur les artistes, sur nous ‘tes petits’. Tu ne peux pas t’empêcher. Et nous on en a encore besoin. Ce lieu c’est toi, on ne l’oubliera jamais, pas plus qu’on ne t’oubliera Jean-Michel”, a-t-elle fini par lui dire.

L’ancienne candidate de la Star Academy a ainsi ému les 23.600 abonnés de son compte Instagram. Ils ont aussitôt été nombreux à lui témoigner son soutien. En effet, ils n’ont pas manqué de lui envoyer des messages de soutien.

« Je ne fais que pleurer. »

Par ailleurs, en juin dernier, Olivia Ruiz a publié son premier roman, La commode aux tiroirs de couleurs. Dès les trois premiers mois, l’ouvrage a connu un grand succès en librairie. Il s’est en effet écoulé à plus de 100.000 exemplaires. Pour la chanteuse, il n’a pourtant pas été facile de quitter l’univers musical. “Quand on est chanteuse et comédienne, on se dit que tout le monde va nous tomber dessus si on arrive avec un roman”, confiait-elle au magazine Gala en octobre dernier.

Mais l’artiste avait alors un besoin impérieux d’écrire sur ses origines familiales. “Le silence est assassin. Il faut transmettre, car savoir d’où l’on vient aide à savoir où l’on va, confiait celle qui évoque l’exil de sa grand-mère sur la Radio télévision suisse. Ce qui existe dans les histoires de nos ancêtres a une incidence sur notre vie. Connaître ses racines, c’est mieux se connaître, et probablement être plus ouvert au reste du monde aussi.”

Car l’exil de sa grand-mère a beaucoup ému ses lecteurs. Ils ont en effet été nombreux à partager des messages à Olivia Ruiz sur les réseaux sociaux. L’écrivaine en herbe a ainsi reçu des témoignages poignants “de gens qui ont reparlé à des membres de leur famille avec qui ils étaient fâchés, parce qu’ils ont compris des choses”, d’autres “qui ont fait 600 kilomètres pour aller sur les terres de leur famille pour comprendre des choses”, ou encore des personnes “qui disent juste merci parce qu’ils se sentent moins seuls”. Ainsi, ces messages de lecteurs et de fans lui ont fait énormément plaisir. Olivia Ruiz les lit avec beaucoup d’attention. “Je ne fais que pleurer en lisant les commentaires sur Instagram et Facebook”, avait-elle finalement confié au micro d’Europe 1, mardi 6 octobre dernier.