TPMP: Christine Kelly est aujourd’hui une femme épanouie. Que ce soit en amour ou à la télévision, tout va pour le mieux. Mais la journaliste reste à jamais marquée par la mort de ses jumeaux à six mois de grossesse. Explications.

Le drame de sa vie
La vie de Christine Kelly n’a pas été facile. Avec un père alcoolique et une mère violente, la chroniqueuse de Cyril Hanouna (TPMP) n’a jamais eu l’occasion de s’épanouir durant sa jeunesse au contraire: «Sous le soleil, coups de pluie, confie-t-elle. Ma. Maman me frappe. Pour un oui , pour un non. Une assiette mal lavée ou une note insuffisante à l’école. Toujours 25 coups de ceinture. N’importe où sur le corps. (…) Je me sens abandonné ou séquestré selon le moment “.

Si ces moments de douleur avaient pu mal tourner, la tragédie de sa vie remonte à 2001 quand elle a perdu ses jumeaux après six mois de grossesse: “Ce fut une expérience douloureuse et j’ai divorcé, car j’ai vu en mon mari la présence de ceux-ci Étant croyante, je savais que Dieu avait un autre plan pour moi. J’ai eu la chance de voir les bébés avant qu’ils ne soient emmenés, ce qui m’a permis de pleurer »a-t-elle expliqué en particulier.

Elle a ensuite clarifié son propos en expliquant pourquoi elle n’avait pas pu continuer sa vie avec son mari: “Cette perte a été la cause de notre rupture avec Pierre, après dix ans de mariage. Il y avait ces bébés fantômes dans notre relation. Je l’ai fait. ne me vois pas alors porter un enfant dans mon ventre. Mais nous nous sommes séparés en bons termes. »Mais enfin l’autre plan de Dieu pour Christine Kelly s’appelle Léa qui a su la faire passer d’une immense tristesse à un bonheur absolu.

TPMP: Un miracle après le drame

Après la perte de ses jumeaux, Christine Kelly de TPMP a pu adopter une petite fille, ce qui lui a permis de donner un nouveau sens à sa vie: “Je n’ai jamais été aussi heureuse de ma vie. (…) Je n’ai pas fait ‘ Je sais qu’un tel bonheur peut exister. Tout a un sens différent. Avoir ma fille en retard, à 45 ans, me donne une dimension de pouvoir, un bonheur indescriptible “.

Et ce miracle de la maternité, Christine Kelly de TPMP veut en profiter au maximum et même si elle est protectrice et câline, elle ne veut pas tout laisser passer: «Je suis protectrice, câline, attentive mais stricte. Eh bien, je ne lâchez rien et fixez des limites. J’ai trois objectifs: développer ses capacités d’adaptation, qu’elle maîtrise ses émotions et qu’elle soit déterminée. Je m’en fiche si elle a le bac: si elle a ces trois qualités, elle réussira dans la vie “.

Il faut dire que la maternité a totalement changé la jeune femme, qui veut prendre soin d’elle-même pour qu’elle puisse toujours être là pour sa fille Léa: «Avant, j’avais une totale liberté, la vie n’avait pas d’importance, je n’avais pas Je n’ai pas peur de mourir. (…) Maintenant, je prends soin de ma santé pour elle. Elle est ma priorité. Et je suis très maternelle. Elle a décuplé mon énergie. “