Personne n’aime se rendre dans les toilettes ailleurs que chez soi. Quand c’est le cas, on essaie de trouver des subterfuges pour ne pas salir. Finalement, sans qu’on le sache sur le moment, c’est l’inverse qui se produit !

Vos petits rituels de protection dans les toilettes publiques ne sont pas corrects. On vous dit comment les faire évoluer.

Chacun sa méthode

Quand on est à l’extérieur (restaurant, balade, ou bien lieu de divertissement), on tient absolument à éviter de se rendre dans des toilettes. En effet, on estime que les microbes prolifèrent à l’intérieur de ces dernières, et nous n’avons pas tort. Hélas, des fois, on a vraiment pas le choix et on ne peut pas attendre de rentrer à la maison. Depuis tout petit(e), nos parents nous ont donné quelques astuces. Hélas, d’un point de vue sanitaire, elles ne sont pas hygiéniques.

Certaines femmes préfèrent rester débout quoiqu’il en compte. Certes, quelques fois, ça déborde un peu et c’est surtout stressant. L’objectif est d’éviter que la peau ne touche la cuvette.Certes, pourquoi pas. Sauf que malheureusement, on a très peu de temps pour atteindre son objectif. De plus, on ne respecte pas forcément celle qui viendra juste après nous.

D’autres ont toujours l’attirail nécessaire de désinfection dans leur sac à main. Sur le papier, on pense que cela fera barrière aux microbes. Or, dans les faits, après avoir nettoyé le matériel sur place, le lavage des mains s’impose. Qui va à la chasse perd sa place. Une autre vous remplace et vous n’avez plus qu’à recommencer l’opération.

Tout ça pour ça !

Il n’est pas rare que certaines femmes décident de fabriquer tout un attirail de barrière sanitaires en papier. Il suffit d’utiliser le rouleau mis à votre disposition. Évidemment, on pense en avoir assez, quitte à en faire deux couches. Hélas, ce n’est pas forcément utile. Selon une experte sanitaire, cette protection temporaire ne freine pas les germes. Vu leur taille, ils arrivent tout de même à franchir votre barrage en papier. Donc, en somme, malgré vous, vous contribuez à leur développement et non pas l’inverse.

De plus, la professionnelle de l’hygiène nous précise qu’il y a peu de chance que ces microbes se déposent sur la peau. Alors, êtes-vous convaincus et moins rassurés sur ce point ? nous passe au suivant. De l’avis de tous, c’est le pire !

Qu’est-ce que le toilet plume ?

Cette fois, la contamination arrive alors que vous ne faites rien de mal ni de votre initiative. En effet, c’est juste en finissant et en voulant effacer les traces de son passage aux toilettes qu’on risque gros. Du reste, quand la force de l’eau et vos matières f*c*les rentrent en contact, ça fait des étincelles. Mais surtout, même si on ne voit pas à l’œil nu, des morceaux se diffusent forcément dans la petite pièce. Pire, ces derniers atterrissent sur les murs sans que l’on s’en rende compte.

Aussi, ces fines particules vont aussi se placer sur vous, votre tenue vestimentaire et vous accompagner le restant de la journée/soirée.

Quant au lavage de main, il est vraiment important de comprendre quelque chose. Certes, c’est vraiment une attitude responsable. D’ailleurs, nous a lu un sondage à ce sujet. La rédaction déplore qu’elle ne soit appliquée uniquement par un tiers de la population. Par conséquent, les microbes, bactéries, germes si redoutés peuvent venir au moment où l’on ouvre la porte pour partir ou même pour allumer/éteindre la lumière.

Heureusement, certains restaurants ont joué la carte de la modernité. Pour ne pas avoir de problème avec leurs clients, ils font de gros investissement dans leur proposition de sanitaires destins au public. De plus en plus, on se rend compte du développement des robinets à capteurs. Il en va de même pour le savon mis à notre disposition. On est bien loin du temps des savons dans les écoles primaires.

La pandémie a permis aussi de changer les protocoles dans les entreprises. Normalement, les responsables d’entreprises doivent maintenant proposer du gel désinfectant ainsi que des masques en tissu ou jetable à leurs salariés. Plus que jamais, la consigne de faire attention à soi pour ne pas tomber malade ou pour ne pas contaminer les autres de cette maladie qui affole la planète. Au moins, maintenant, vous connaissez les règles (ce qui est bien ou pas bien) pour les toilettes publiques. nous compte sur vous pour expliquer les choses calmement aux plus jeunes !