Tiphaine Auzière poursuit le même chemin que sa maman Brigitte Macron. Elle a en effet ouvert le lycée Autrement, le 1er septembre 2020 dans le seizième arrondissement à Paris. Mais l’ouverture de ce lycée ne plait pas à tout le monde, et crée la polémique, voici pourquoi : Le. Canard enchainé a sorti son dernier numéro ce mercredi 21 octobre et le journal explique que Tiphaine Auzière aurait ouvert ce lycée avec un ancien directeur de classe préparatoire dont la réputation est très controversée. C’est le secrétaire général du lycée « Autrement“, Christophe Cadet qui est mis en cause, par le journal satirique.

“Ce dernier est une figure connue de l’enseignement privé en France puisqu’il a déjà été épinglé plusieurs fois à causes de ses méthodes controversées : “rémunéré un enseignant avec un budget qui n’était pas prévu pour cela, et d’avoir engagé 22 000 euros de dépenses sans l’autorisation du chef d’établissement“.

Tiphaine Auzière

Et c’est seulement durant le confinement que Thiphaine Auzière a appris ces infirmations. Par ailleurs Christophe Cadet a également fait venir Pascal Gauchon, qui a été le secrétaire général du Parti des forces nouvelles, durant sa jeunesse , une mouvance d’extrême droite. Et cette mouvance est née d’une scission avec le Front national de Jean-Marie Le Pen. Et Tiphaine Auziere semblait tout ignorer de ce passé particulièrement tendancieux. On se demande alors que vient faire cet homme dans le lycée de Tiphaine Auzière… Puisqu’ils ne sont pas de la même obédience politique. Mais, la belle-fille d’Emmanuel Macron précise n’avoir vraiment aucun lien avec l’homme en question :

“Monsieur Gauchon n’a rien à voir avec nous, et je condamne toute forme d’extrémisme“.

Et le professeur n’enseignerait que dans la classe préparatoire aux écoles de commerce du lycée « Autrement », selon la fille de Brigitte Macron, et elle est présidente du lycée du même nom. Mais selon nos confrères du Canard Enchaîné, la proximité des deux établissements est assez trouble puisqu’ils ont été ouverts en même temps et qu’ils sont situés dans les mêmes locaux. Mais la directrice précise alors n’avoir aucun lien juridique avec l’autre établissement et dit refuser tout “intervention de qui que ce soit d’extrême” dans son école. Mais les déclarations qu’elle a émises il y a quelques moi sont plutôt à l’opposé : “Le lycée et la prépa ont des structures juridiques différentes mais vont avoir les mêmes professeurs et le même esprit d’ouverture sur le monde extérieur“. Où se situe donc la vérité ..?

«C’est un lycée innovant en termes d’enseignement. Souvent, il existe un gros décalage de niveau entre le lycée où les élèves passent leur bac et les grandes prépas parisiennes. Nous voulons tirer les élèves vers l’excellence, leur donner les moyens de réussir», expliquait il y a peu la jeune directrice au Figaro Étudiant.

Car en effet, les jeunes issus de quartiers populaires sont majoritaires. Et 14 élèves sur 20 ne payent qu’une partie des frais de scolarité qui s’élèvent à 9500 euros par an.