Nul bonheur n’est éternel, malheureusement. Ainsi chacun est confronté à un petit nuage qui vient, de temps à autre, assombrir sa vie.

C’est bien le cas de la célèbre animatrice de l’émission Affaires conclues, Sophie Davant, dont la vie privée est mise à mal par le Syndrome de Tanguy. Découvrez ici, la lutte constante de cette mère face à deux enfants adultes trop attachés à elle.

Qu’est-ce que le syndrome de Tanguy ?

Le syndrome de Tanguy, loin d’être une pathologie clinique, est plutôt un phénomène social de plus en plus récurrent dans nos sociétés modernes. Bien que ce soit un phénomène déjà identifié depuis la fin des années 1970, il faut dire qu’il n’a été porté à l’attention du public et nommé que par le film français, Tanguy, sorti en 2001.

Cette comédie rapporte le désespoir des parents de Tanguy, un jeune homme presque trentenaire qui vit toujours dans le domicile familial, au grand dam de ses parents. Tanguy, ne se décide pas à prendre son envol, car il s’estime indispensable à ses parents.

Le syndrome Tanguy, tel qu’il est désormais nommé, est observé dans bien de régions du monde. Ainsi, au Japon, on parle de célibataires parasites alors que les Anglo-saxons usent plutôt de l’expression Boomerang Generation.

Sophie DAVANT cohabite avec deux Tanguy

Notre chère animatrice télé est mère de deux enfants, Nicolas et Valentine, respectivement âgés aujourd’hui de 27 et 25 ans. Il semblerait qu’elle soit en butte à ce syndrome avec ses enfants. C’est ce qui semble se dégager des confidences qu’elle a fait en 2017, au magazine Gala.

Cela se comprend d’ailleurs, car depuis sa séparation de Pierre SLED, père de ses enfants, ces derniers ont dû revenir au domicile familial pour soutenir leur mère. Ils avaient respectivement 18 et 16 ans. Près de 10 ans plus tard, les deux enfants ne semblent pas être prêts à quitter leur maman et ce, malgré le fait qu’ils aient une vie professionnelle et sociale à eux.

À l’époque, si Sophie Davant martelait tout le plaisir qu’elle ressentait à partager des moments avec ses enfants, il faut dire que cette proximité ne manquait pas de l’irriter de temps à autre. D’autant plus que Sophie Davant semblait envisager un nouveau tournant dans sa vie. En effet, qu’il vous souvienne, qu’elle venait de sortir un ouvrage intitulé Il est temps de choisir sa vie ! coécrit avec le psychiatre Christophe Fauré.

Près de trois années plus tard, Sophie Davant ne semble toujours pas s’accommoder de la présence constante de ses enfants. Elle s’est par ailleurs confiée sur cette situation dans l’émission C à vous animée par Anne-Sophie Lapix sur France 5.

Sophie Davant, entre amour maternel et besoin d’intimité

Sophie Davant habite sur la côte normande, une région réputée pour être très accueillante. Sentiment qu’ont sans doute Nicolas et Valentine, au regard du fait qu’ils se soient confortablement installés dans la maison de leur mère. Les désagréments ressentis par leur mère à l’occasion de cette cohabitation se traduisent notamment à travers :

le désordre orchestré par les diverses réunions, entre amis, organisées par Nicolas et Valentine
la négligence évidente dont font montre ses enfants dans la tenue de la maison
l’impossibilité pour Sophie Davant de profiter des avantages liés à la vie en solitaire.
À cela, s’ajoute la très grande familiarité qui règne entre la mère et ses enfants, mais qui par certaines occasions peut se révéler irritante. C’est ainsi, que sur l’émission C à Vous, Nicolas et Valentine n’ont pas manqué de révéler à Marie-Sophie Lapix, le fait que leur maman chérie est une piètre conductrice, incapable de préserver la carrosserie de son véhicule.

Si cette révélation, faite sur un ton bon enfant et complice, n’a pas été démentie par leur mère, on peut bien comprendre que la révélation d’un tel détail de sa vie ne soit pas à son goût.

Avec la crise sanitaire du Covid-19 et les mesures de luttes décidées par le gouvernement, Sophie Davant est confinée chez elle. À travers ses réseaux sociaux, elle a informé ses abonnés de sa décision de se remettre à l’écriture. En attendant de pouvoir sortir, elle exhorte chacun à rester chez lui et à prendre à cœur les gestes barrières recommandés par l’OMS.