Reconfinement local: Sans vouloir jouer les oiseaux de mauvais augure, il faut bien admettre que les derniers chiffres de la pandémie du Covid-19 semblent très inquiétants. Si la France n’est pas encore arrivée au stade du pic de contagions que l’on a pu connaître notamment aux mois de mars, avril et mai, les statistiques semblent néanmoins démontrer une recrudescence des cas.

Le gouvernement d’Emmanuel Macron et le Premier ministre Jean Castex travaillent donc sur tous les scénarios possibles et sur les mesures à envisager dans les prochaines semaines et les prochains mois. Entouré d’experts, le Premier ministre reste attentif à toutes les données scientifiques qui lui parviennent en préparant le terrain pour un éventuel reconfinement. Mais comme il l’a annoncé à plusieurs reprises, il ne souhaite en tout cas pas que cela se fasse dans les mêmes conditions que nous avons pu connaître en mars dernier. Jean Castex espère ne pas devoir recourir à un confinement général et national sur tout le territoire.

C’est pourquoi, les chiffres de l’évolution de la maladie sont étudiés région par région, et département par département. L’idée serait en cas de nécessité, de confiner les populations les plus touchées et donc les plus à risques. Des mesures sanitaires qui se prendraient au cas par cas et de manière localisée. Pour permettre d’avoir une vue d’ensemble de l’état réel de la situation, une liste des départements les plus à risques a donc été éditée par le ministère de la Santé. Une liste qui montre réellement des disparités entre les différentes régions de France.

Lors de ces derniers jours, la situation semble se dégrader avec plus de 3 000 contaminations comptabilisées en 24 heures. Le conseil scientifique propose donc de mettre rapidement un plan d’action à des niveaux locaux. Il rappelle bien évidemment l’utilité des gestes barrières et de la distanciation sociale en général. Les dernières statistiques partagées par le ministère de la Santé publique France révèlent que la pandémie continue de se développer, mais à des niveaux différents selon les départements français.

Reconfinement localem

Reconfinement local: Parmi les plus touchés, c’est-à-dire avec un niveau de vulnérabilité élevée, on peut notamment citer les Bouches-du-Rhône, Mayotte ou encore la Guyane. Dans une 2e catégorie, le gouvernement a placé les départements suivants à un niveau de vulnérabilité modérée : Le Gard, la Gironde, la Haute-Garonne, la Haute-Savoie, l’Hérault, l’Ille-et-Vilaine, le Loiret, la Mayenne, la Meurthe-et-Moselle, le Nord, l’Oise, la Sarthe, les Alpes-Maritimes, le Var, le Vaucluse, le Val-d’Oise, Paris, la Seine-Saint-Denis, les Hauts-de-Seine et le Val-de-Marne.

Dans ces deux catégories, la probabilité d’un reconfinement local n’est plus du tout un scénario à exclure. Car selon les moyens de mesure employés par le gouvernement, ces régions seraient susceptibles de retrouver des taux de contagion très élevés si aucune mesure adéquate n’est prise. Il existe une dernière catégorie, qui semble un peu plus épargnée par le covid-19. Dans ces départements, on recense, en effet, moins de 10 cas d’hospitalisation lors des sept derniers jours. C’est le cas pour la Lozère, le Cantal, la Creuse, l’Aveyron, la Haute-Loire, l’Orne, les Hautes-Pyrénées, les Pyrénées-Orientales, la Haute-Vienne, la Martinique, la Guadeloupe, l’Ain ou encore la Corse-du-Sud. À l’étude de ces chiffres, le gouvernement possède aujourd’hui une carte de France qui permettra de mettre tous les moyens, là où cela s’avèrera réellement nécessaire.

Mais il existe également un autre plan qui a pour but de se préparer à l’explosion de la maladie dans les 20 plus grandes villes françaises. C’est dans ce cas-ci, évidemment la densité de population qui est prise en compte comme facteur aggravant. ” Il est impératif de mobiliser et solliciter les autorités locales des 20 premières villes de France afin qu’elles conçoivent et opérationnalisent des plans locaux d’intervention, en cas de menace sanitaire comme dans le cas de la pandémie de covid-19, à l’instar de ce qui est fait au Royaume-Uni et en Allemagne “ déclarait l’un des porte-parole du conseil scientifique il y a quelques semaines. 20 villes sont donc concernées par ces mesures : Paris, Marseille, Lyon, Toulouse, Nice, Nantes, Montpellier, Strasbourg, Bordeaux, Lille, Rennes, Reims, Saint-Étienne, Le Havre, Toulon, Grenoble, Dijon, Angers, Nîmes, Villeurbanne.

Reconfinement local

Ce conseil d’experts affirme également qu’il faudra tenir compte de l’expérience que la première vague de covid-19 a apporté : ” La réponse à cette probable deuxième vague devra être différente de la réponse à la première vague, car nous disposons d’outils pour y répondre. Elle devra s’appuyer sur un choix politique et sociétal et pas seulement sanitaire “. Des décisions qui sont à mettre en perspective avec ce qu’il se passe à l’étranger. À l’échelle mondiale, la pandémie due au coronavirus a fait à ce jour près de 570 000 morts, selon un bilan établi par l’agence France-Presse à partir de sources gouvernementales au milieu du mois de juillet.

Près de 13 millions de cas ont officiellement été recensés sur la planète, mais tous les pays n’ont pas adopté les mêmes mesures face au même problème sanitaire. Le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus déclarait depuis Genève qu’il se montrait très inquiet : ” Permettez-moi d’être franc. Trop de pays vont dans la mauvaise direction. Le virus reste l’ennemi public numéro 1. Si les principes de base ne sont pas respectés, la pandémie ne pourra qu’empirer encore et encore “.

Plusieurs régions ont décidé durant le mois de juillet de repasser à un confinement strict, suite à l’explosion des cas. C’est le cas notamment de Manille aux Philippines, ou encore plus près de chez nous de la ville marocaine de Tanger qui compte un million d’habitants. De son côté, l’Afrique du Sud avait imposé un couvre-feu de 21 h à 4 h du matin, en raison d’une hausse des cas qui augmentait jusqu’à 12 000 contaminés par jour. Plus près de chez nous, l’Espagne a confiné deux régions, mais de manière partielle : la Galice et la Catalogne il y a quelques semaines.

La France semble donc se maintenir dans la même lignée que de nombreux pays en imaginant un reconfinement n’ont pas de manière nationale, mais bien au niveau régional où cela serait le plus nécessaire. On attend également de voir avec la prochaine fin des vacances et la rentrée scolaire quelles seront les décisions qui seront prises par le gouvernement de Jean Castex.

Autant de questions qui restent encore aujourd’hui ouvertes et qui dépendent malheureusement des chiffres que tous espèrent ne plus voir évoluer de manière exponentielle. (Reconfinement local)