Décidément, cette année semble bien sombre pour les reines de beauté régionales. Naïma Dessout vient de subir une disqualification…

Cela fait à présent 3 Miss régionales qui viennent d’être dépouillées de leur titre, en raison de photos jugées inappropriées par le comité régional. De plus, ces disqualifications arrivent souvent après qu’une personne anonyme se permette de « dénoncer » les jeunes femmes ! Miss Saint-Martin/Saint-Barthélemy vient d’en faire l’amère expérience.

La Miss Saint-Martin/Saint-Barthélemy obligée de renoncer au concours national

Une dénonciation anonyme d’une personne aux intentions inconnues, suffit juste pour qu’une Miss régionale soit disqualifiée. Miss Saint-Martin/Saint-Barthélemy était apparemment la suivante sur la liste, puisqu’on apprend que le comité de ladite région vient de démettre Naïma Dessout.

La jeune fille est une étudiante saint-martinoise, et elle a été élue en août 2020. Âgée de 18 ans, Naïma Dessout qui aimerait aller continuer ses études au Canada, détient depuis peu un équivalent du baccalauréat américain. Alors qu’elle souhaitait participer au concours Miss France 2021, elle a réussi à être élue Miss Saint-Martin/Saint-Barthélemy 2020.

Néanmoins, à cause d’une dénonciation anonyme, le comité régional a décidé de ne pas la présenter au concours Miss France 2021. Sur leur compte Facebook, il y a eu une publication qui expliquait : « C’est avec regret que le comité Miss Saint-Martin/Saint-Barthélemy pour Miss France vous annonce que notre ambassadrice, Naïma Dessout, n’est pas admise à la participation de l’élection Miss France 2021… En effet, après avoir été élue, notre candidate a été victime d’une dénonciation anonyme par l’envoi de photos non-conformes d’elle directement à la Société Miss France. Compte tenu de la nature des photos, le règlement national de la Société Miss France en l’état actuel ne laisse aucune marge d’appréciation pouvant autoriser Naïma à participer. »

Une année tendue pour les Miss régionales

Dans son malheur, on peut dire que Naïma Dessout a quand même eu de la chance. En effet, contrairement à d’autres elle n’a pas été destituée, et conserve donc son titre de Miss Saint-Martin/Saint-Barthélemy. La raison en est que le comité régional a déduit après avoir vu les photos qui incriminaient la jeune femme, qu’elles avaient probablement été : « prises dans un contexte familial, sans aucune intention ni caractère vulgaire, érotique ou pornographique. »

A partir de ce moment, le comité a donc décidé de laisser la jeune fille garder son titre régional. Naïma Dessout demeure donc la Miss Saint-Martin /Saint-Barthélemy 2020, et pourra honorer en tant qu’ambassadrice pour cette année, tous les engagements qui avaient été prévus pour elle. Même si elle ne pourra plus se présenter à l’élection nationale de Miss France 2021, qui aura lieu le 12 décembre 2020 en Vendée au parc du Puy du Fou, elle a quand même plus de chance que les 2 autres Miss récemment disqualifiées.

Il faut dire que Naïma Dessout est la 3e miss régionale qui voit son titre remis en question du fait de dénonciations de personnes anonymes, qui balancent des clichés jugés inappropriés au comité ou à la société des Miss France.

La toute 1ère à avoir été éliminée, fût Anaëlle Guimbi au mois d’août. Sa campagne effectuée dans le cadre de la lutte contre le cancer de sein, la montrait topless et artistiquement maquillé. Cela n’est pas passé auprès du comité de Miss Guadeloupe, malgré qu’il ait été reconnu que les photos n’aient rien d’obscène.

D’après les explications de la directrice des Miss France Sylvie Tellier, ils ont dû appliquer le règlement pour ne pas faire d’exceptions. Les nombreuses plaidoiries et demandes de personnes connues ou anonymes n’ont pas ébranlé la décision prise.

Au début de ce mois d’octobre, c’est au tour d’Anastasi Salvi, de vivre un cauchemar. Alors qu’elle venait d’être élue Miss Franche-Comté, le comité de sa région l’a forcé à démissionner à cause d’une dénonciation. Des photos sont également apparues, où la jeune femme y apparaissait sans vêtement.

Comme dans le cas de Miss Guadeloupe, les clichés n’avaient rien d’obscènes, Anastasi Salvi ayant posé pour un concours de coiffure. Cependant, parce qu’elle n’aurait pas déclaré ces photos, quand bien même plusieurs membres du comité de Miss Franche-Comté seraient au courant de leur existence, la jeune femme a été destituée.

Espérons que les règles finiront par évoluer au sein des comités régionaux et de la société des Miss France en générale…