Selon le Daily Mail, Meghan Markle passerait à l’offensive contre le Mail on Sunday, journal avec qui elle est en procès. LA duchesse est accusée d’avoir collaboré au livre Finding Freedom, mais elle nie ces infirmations et dénonce même des passages inexactes, voire inventés.

Meghan Markle est extrêmement révoltée concernant le procès qui l’oppose au Mail on Sunday, et sort l’artillerie lourde. Elle reproche à ce journal d’avoir publié des informations d’ordre privé.

Le journal, de son côté assure que la femme du prince Harry est la première à dévoiler des choses privées quand ça l’arrange.

Selon le journal, sa collaboration, au livre Finding Freedom d’Omid Scobie et Carolyn Durand démontre qu’elle partage des informations intimes quand ça l’érige en héroïne. Mais cette collaboration a toujours été démentie.

La maman du petit Archie a répondu frontalement à ces critiques en taclant la biographie choc. LE Daily Mail a pu consulter des documents judiciaires et sur ceux-ci, on voit clairement les déclarations de Jenny Afia, une des représentantes de la duchesse. Selon elle les auteurs de Finding Freedom se sont appuyés sur quelques inventions pour écrire leur livre sur la vie de Meghan et Harry.

Les propos du livre sont “inexacts” et les “histoires anodines“ selon l’avocate. Cela montre bien que celle qui vit désormais à Los Angeles n’avait pas collaboré à celui-ci.

Jenny Afia dresse la liste des choses inexactes ou totalement fausses du livre d’Omid Scobie et Carolyn Durand, dans ces documents.

Le séjour safari à Meno A Kwena serait aussi totalement inventé d’après la conseil, Jenny Afia. Elle précise : »Harry était seul, ».Le récit du premier rendez-vous de Meghan et Harry serait “très incorrecte » selon elle.

Des petits détails anodins ont été également montés en de grandes histoires, ajoute-t-elle.

Fin juillet déjà, elle perdait son procès contre e groupe Associated Newspaper Limited (ANL) qui possède le média « Media on Sunday ».

C’était alors une défaite pour la duchesse de Sussex. Meghan Markle avait porté plainte contre ce journal après la publication d’une lettre privée destinée à son père Thomas.

L’ex-interprète de Rachel Zane dans la série « Suits » clamait une violation de la vie privée et des droits d’auteur et réclamait des dommages et intérêts pour utilisation présumée abusive d’informations privées.

L’article était paru en février 2019 dernier et à l’époque les relations entre Meghan Markle et son père étaient, déjà, très conflictuelles.

Mais pour le juge Mark Warby, les accusations de Meghan Markle n’étaient pas recevables. Il avait donc conclu que celle-ci allait devoir régler les frais de justice du journal, soit, 68 000 livres.

Elle a donc du payer.

« L’épouse du prince Harry aurait notamment dépensé 524.000 livres (569.000 euros) pour la préparation du procès et 304.700 livres (331.000 euros) pour le procès en lui-même. Il lui en aurait également coûté 200.000 livres (217.000 euros) pour porter l’affaire devant les tribunaux. La duchesse de Sussex avait déjà été contrainte de régler 67.000 livres (72.900 euros) à Associated Newspapers, à l’issue d’une première audience« , lit-on ce 22 septembre dans Madame Figaro.