Harry et Megahn ont quitté la cour, mais pourquoi est ce que la reine leur inflige la même punition qu’au prince Andrew ?

Le torchon brûle entre la couronne d’Angleterre et Harry et Meghan. Celui qui a toujours été le petit-fil préféré de la reine n’est plus aujourd’hui le favori de la reine. Du moins, si on en croit les modifications apportées aux divers sites concernant la royauté. En fait, entre le Megxit provoqué par le jeune prince et son actrice d’épouse, et les accusations de pédophilie portées contre son fils préféré, la reine doit être bien déçue.

Tous ces événement doivent lui rappeler « l’annus horibilis » de 1992. Au vu des événements auxquels la souveraine fait face actuellement, il est fort à parier que son prochain discours risque à nouveau d’y faire référence. De plus, le livre « finding freedom » parait aujourd’hui en librairie.

Les réseaux sociaux des Sussex éliminés des sites royaux

Chaque acte royal a une signification. Rien de ce que fait le palais n’est anodin. Le palais a commencé par modifier en profondeur la biographie de Meghan Markle et a supprimé les éléments dont elle était le plus fière. Parallèlement aucune modification n’a été faite concernant son mari. La biographie de Harry est restée intacte. Pas un iota n’a été changé dans les textes évoquant le duc de Sussex. Et toute la subtilité du palais se trouve là. La souveraine vise l’actrice.

Une éviction des réseaux sociaux

Mais le palais ne s’est pas arrêté en si bon chemin. L’accès aux réseaux sociaux des deux tourtereaux a également été supprimé. Désormais les visiteurs du site de la couronne n’auront plus la possibilité d’accéder aux réseaux sociaux du duc et de la duchesse de Sussex. Certes, cela ne va pas changer grand chose. De toute façon l’instagram Sussex Royal est inactif depuis le 31 mars. En effet, Buckingham Palace avait interdit au jeune couple de se servir de l’expression « Sussex Royal » une fois le départ de la « Firm » effectif. La couronne avait précisé que l’utilisation de ce titre n’était plus possible, dès lors que le couple ducal n’était plus membre senior de la famille royale. Or, c’est bien le 31 mars que Harry et son épouse ont quitté officiellement la famille royale.

Un parallèle humiliant avec le prince Andrew

Celui qui est surnommé « Andy Randy » qu’on pourrait traduire dans sa version élégante par « Andy le tombeur », a fait l’objet de la même sanction en 2019. Certes la situation n’est pas la même. Le prince Andrew n’a pas choisi de quitter la famille royale. C’est sa mère, la reine, qui a démis son fils préféré de ses fonctions. En effet, le prince était trop proche du sulfureux milliardaire américain, mêlé à des trafics de mineures. La goutte d’eau qui avait fait déborder le vase royal était une interview ubuesque donnée par le prince à la BBC. Cette prestation désastreuse avait amené la couronne à lui retirer toute fonction royale.

Des situations différentes et non comparables
Si les Sussex et Andrew ont vu leurs accès supprimés, la cause n’en est pas la même et les anglais ne s’y tromperont pas. En fait, les Sussex ont fait un choix. Celui de se détourner de la famille royale et de ne plus en être des membres seniors, pour des raisons qui leurs appartiennent. Le prince Andrew lui, a été relevé de ses fonctions sur décision de la reine. En effet, ce dernier est mêlé de trop près à l’affaire Epstein. La couronne a du sacrifier ce qu’il faut bien appeler une branche pourrie pour empêcher la monarchie de trembler. Bien lui en a pris, la récente arrestation de Ghislaine Maxwell est susceptible de faire tomber le duc d’York. Si les ennuis judiciaires de ce dernier devait encore se rapprocher, au moins la couronne serait sauve.