Sur le papier, on présente Mariés au premier regard commence un émission familiale où l’amour triomphe (presque) toujours. Dans les faits, il semblerait que cela ressemble plus à un business lucratif tant pour la production que pour les participants ! Qui devons-nous croire ?

Depuis 5 ans, les fans font des paris sur la longévité des couples de Mariés au premier regard. Or, cette polémique risque de tout gâcher !

Mariés au premier regard fait (encore) le buzz

Un concept qui fait recette

Aujourd’hui, il est plus de plus difficile de trouver chaussure à son pied. En effet, avec la multiplication des sites de rencontre, l’âme sœur ne serait plus qu’à quelques clics. Seulement plus ça va, plus cette méthode agace. Pire, les histoires qui en découlent ne sont jamais bien sérieuses. Alors, pour nous faire croire encore un peu aux contes de fées, M6 propose Mariés au premier regard. Certes, au début le principe de l’émission a fait grand bruit. Qui voudrait dire oui à un/une inconnu(e) sans avoir passé un minimum de temps avec elle/lui ?

Or, plus les saisons passent, plus il y a de candidats. On le sait, la première étape d’inscrite comporte un test de comptabilité. Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses. Il faut juste être assez patient pour que le poisson morde. De plus, au vu du contexte sanitaire, la rédaction nous transpire en faisant la liste des difficultés rencontrées par la production. Cette candidate de Mariés au premier regard précisait qu’elle avait dû attendre 9 longs et pénibles mois avant d’avoir un courrier de M6.

Dès lors, on se demande s’il n’y a pas d’autres sources de motivation pour rassurer les prétendant(e)s de Mariés au premier regard. Sur les plateaux de télévision comme celui de TPMP, on est dubitatifs. Dès lors, une série de polémiques vont s’accumuler sur le bureau de Cyril Hanouna. Le public comme les chroniqueurs se posent une question. Sont-ils payés ? Cupidon est-il au moins au courant de ce qui se trame en coulisses ?

Une présence pas tout à fait anodine

Ce n’est pas un secret. Depuis l’apparition des premières émissions de télé réalité, les choses ont changé pour les postulants. Dorénavant, ils vont gagner une rémunération en tant qu’intermittent du spectacle. Seulement voilà, quand on commence à mettre un pied dans ce dossier, on se rend compte qu’il y a des écarts de paiement énormes en fonction des programmes. Heureusement, nous fait le point sur l’affaire Mariés au premier regard.

Chez Baba, les participants aiment bien se confier. Donc, en janvier 2020, on nous fait des confidences hallucinantes. Vu qu’il ne souhaite pas avoir d’ennuis avec la production de Mariés au premier regard, tout se fait et dit de manière masquée. “250 euros par jour de tournage avant le mariage, puis 500 euros selon le nombre d’épisodes dans lesquels on reste, pendant la lune de miel et le suivi. Donc vu que c’était à peur près 3 ou 4 jours de tournage avant, et puis, selon, plusieurs semaines, ça pouvait faire un joli pactole” Dingue !

Furieuse, une candidate tient à fait un droit de réponse. Il s’agit de la jolie Emma que l’on a pu voir dans la deuxième saison de Mariés au premier regard “C’est n’importe quoi ces chiffres ! Et franchement, faire une émission pour l’argent, c’est vraiment dégueulasse, surtout si la personne en face a une démarche sincère…” Alors qui dit la vérité ?

Une enquête édifiante

Ce sont nos confrères de TV MAG qui vont dénicher des informations exclusives. Dans le contrat, le SMIC horaire serait appliqué, ce qui revient à pile dix euros de l’heure. Jusque-là, pas de problèmes. Hélas, les journées se suivent et ne se ressemblent pas. Très vite, les candidats de Mariés au premier regard sont perdus. Donc, ils se laissent totalement faire puisqu’il n’y a personne pour défendre leurs intérêts sur le plateau.

“Si la production les paye pour l’équivalent de 4 ou 8 heures de tournage par jour, dans les faits, les candidats en font le double et sans supplément” Quand on devine l’investissement que cela demande en coulisses, on ne trouve pas ça cher payé. Cerise sur le gâteau, rien n’est prévu “pour leur droit à l’image, entièrement cédé à la production”

Il y a quatre ans, Benoit avait totalement dézingué Mariés au premier regard. En effet, quand on souhaite participer à l’émission, on doit se désengager auprès de son employeur pour être 100% disponible pour le tournage. Pour lui, ce n’est vraiment pas une expérience qu’il conseillerait à son pire ennemi “L’indemnité que tu pourrais toucher par rapport au temps que tu passes à faire l’expérience, c’est juste rien du tout. […] Il vaut mieux aller bosser chez McDonald’s que de toucher la rémunération de la production”

Quand on visionne la vidéo ci-dessus, on se rend compte bien que l’émission Mariés au premier regard est sous le feu des projecteurs. Grâce à Mélodie de la saison 4, on en sait un peu plus sur ce qui se passe en coulisses. Le moins que l’on puise dire, c’est qu’on est vraiment loin des fiches de paie d’un candidat des Marseillais ou de les Princes de l’amour ! Alors, est-ce que le jeu de M6 en vaut la chandelle ? Suite au prochain épisode !