La barbe grisonnante, Laurent joue aux Indiana Jones dans Koh-Lanta. Mais dans la vraie vie, le candidat est professeur d’histoire. Après chaque épisode, il a pris l’habitude de débriefer sur son compte Instagram. C’est l’occasion pour lui de dévoiler les coulisses de tournage. Et aussi de raconter comment lui a vécu le jeu de survie, parfois loin la version montrée aux téléspectateurs.

Mais le vendredi 6 novembre, cette séance sur le réseau social tourne mal. Un individu le prend violemment à partie. Il le menace de mort par décapitation ainsi que sa fille ! L’homme, un chômeur de 30 ans est heureusement rapidement identifié par les forces de police.

Un individu menace de mort le candidat et sa fille sur Instagram !

Laurent n’avait pas l’intention de communiquer sur ce problème pour le moins délicat. Mais il se sent obligé de prendre la parole sur son compte Facebook : “Nuit courte et agitée, je voulais éviter de m’exposer pour protéger les miens, mais Le Parisien (presse people à scandales) a réussi à mettre la main sur mon procès verbal (on se demande comment ?), écrit le professeur d’histoire-géographie. Le Dauphiné, à qui j’avais donné mon accord pour clore le sujet et rassurer tout le monde sans donner mon identité, me dit qu’ils sont obligés de suivre et, comme tout le monde, va balancer mon nom, photo en pâture pour faire de l’argent en bafouant notre accord et sans mon autorisation…Un monde de requin.”

“J’ai mis les pieds dans un sacré panier de crabes.“

Le Parisien a en effet publié un article relatant les menaces qui pesait sur Laurent Affri. De son côté, le principal intéressé regrette de n’être soutenu par personne. “La production de ‘Koh-Lanta’ qui bloque toute notre communication, toutes nos interventions et contrôle nos réseaux sociaux, bizarrement participe aux festins et ne trouve rien à redire et ne m’apporte aucune aide, assure-t-il. Tous participent à la mise en danger de la vie d’autrui et bafouent les droits les plus élémentaires de l’instruction. J’ai mis les pieds dans un sacré panier de crabes.”

Contactée par Télé-Loisirs, Alexia Laroche-Joubert dément pourrtant ces propos. La directrice d’Adventure Line Production, la société derrière “Koh-Lanta” explique que “ce qu’a écrit Laurent est complètement faux.” Elle explique ensuite : “J’ai cherché à le joindre depuis la publication de ce post Facebook, il ne m’a toujours pas rappelée. […] Il attaque à tout va. La presse, les flics, la production de ‘Koh-Lanta’, c’est un coup de sang.”

Alexia Laroche-Joubert tient également à rappeler qu’ “on ne contrôle pas les réseaux sociaux des aventuriers. On ne le pourrait pas d’ailleurs. On les accompagne avant le tournage, et avant la diffusion. À ce moment-là, quelqu’un les rencontre pour leur expliquer ce qu’ils vont vivre. Personne ne peut se rendre compte de l’impact de l’exposition médiatique de ‘Koh-Lanta’ sur la vie des aventuriers.”

Denis Brogniard vole à la rescousse de Laurent

Suite à cette déclaration, Denis Brogniart a lui aussi pris la parole : « Je voulais qu’on apporte notre soutien à Laurent. Et lui dire que la société de production et nous sommes derrière lui ».

Quant à l’individu qui a proféré des menaces, il est déjà entre les mains de la police. Il est condamné à 18 mois de prison au Bois d’Arcy dont 12 ferme.