Pour Laeticia Hallyday, la vie a littéralement changé depuis le décès de Johnny. Après avoir été la cible de nombreuses critiques et l’objet de toutes les attentions durant plus de 3 ans, ce sont de nouvelles difficultés qui se présentent à elle.

La délicate question de l’héritage du taulier a été résolue. Et la mère de Jade et Joy doit aujourd’hui revoir son train de vie à la baisse. Malgré d’énormes royalties, qui lui sont versées chaque année, les dettes de son époux disparu s’élèveraient toujours à plus de 30 millions d’euros. Une somme astronomique due par le célèbre rockeur au service des impôts français. Il faut donc rapidement à Laeticia trouver une solution pour s’acquitter de ce montant.

La nouvelle compagne de Pascal Balland a donc pris une décision qui lui fend le cœur. Laeticia Hallyday s’est résolue à vendre sa splendide villa de Los Angeles dans laquelle elle a partagé de magnifiques années aux côtés de son époux et de ses deux filles. Un choix qui a dû être un véritable déchirement, mais qui s’avérait probablement nécessaire. Il y a quelques semaines, la veuve du Johnny a donc mandaté une célèbre agence immobilière américaine afin d’effectuer cette transaction. La ville a été mise sur le marché. Une demeure que le futur acquéreur pourra habiter pour la somme de 15 millions d’euros. Cette bâtisse, située dans un quartier les plus chic de Los Angeles, se compose de 7 chambres, d’une salle de cinéma, d’un studio d’enregistrement dernier cri, d’un garage pouvant accueillir un grand nombre de véhicules et d’une très luxueuse piscine.

Si cette rentrée d’argent devrait fortement aider Laeticia à s’acquitter de sa dette, la vente de cette maison, lui fera également faire de grosses économies. En effet, vivre dans le quartier de Pacific Palisades a un coût mensuel particulièrement onéreux, ce qui n’est pas à la portée de toutes les bourses. Car chaque mois, cette villa digne d’un palace, représente une dépense de plus de 17 500 euros par mois. Une somme qui comprend les impôts fonciers et toutes les assurances inhérentes à ce genre d’habitation.

Laeticia Hallyday ne serait donc plus en mesure d’assurer tous ses frais fixes. Elle est donc prête à élire domicile dans un logement plus modeste. Il restera néanmoins à la belle-mère de David et Laura, d’autres maisons avec le même standing. Laeticia est toujours propriétaire de la villa française de Marnes-la-Coquette à côté de Paris. Un endroit dans lequel toute la famille aimait séjourner lorsqu’ils étaient présents en France. Cette gigantesque maison a été baptisée par Johnny, La Savannah. Située dans un énorme parc privé, Johnny Hallyday avait comme voisin plusieurs stars et des personnalités importantes. À deux pas de sa propriété, des artistes comme Maurice Chevalier ou encore Hugues Aufray, mais aussi le grand pilote de Formule 1 Alain Prost avaient en effet leurs résidences.

La famille de l’émir du Qatar serait également propriétaire d’une demeure jouxtant celle du plus grand rockeur français. Toutes ces maisons se négocient à prix d’or. Et la bâtisse la plus onéreuse du quartier est celle construite par la famille du cheikh Tamim Al Thani, membre de la famille royale du Qatar. Ce petit bijou avait été mis en vente en 2015 pour plus de 100 millions d’euros. Du côté de la maison de Johnny et Laeticia, elle est certes un peu plus modeste ! Avec une superficie de 900 mètres carrés, elle trône au milieu d’un domaine de 5 000 mètres carrés sur lequel se situent un court de tennis et une piscine. En plus de cette demeure, il reste encore à Laetitia une grande villa de luxe sur la célèbre île de Saint-Barthélemy. Cette résidence avec vue imprenable sur l’océan se situe d’ailleurs à deux pas de l’endroit où Johnny Hallyday repose. Construite sur l’île des Merveilles, ce sont 413 mètres carrés de paradis dont peuvent profiter, Laeticia, Jade et Joy.

La maison de Los Angeles sera donc bientôt du passé. Mais Laeticia ne souhaite pas pour autant quitter les États-Unis. Car comme elle l’avouait elle-même récemment, elle avait fait une promesse à Johnny qu’elle compte bien tenir. Le chanteur souhaitait effectivement que ses deux filles grandissent loin de la France. Et pour lui, il s’agissait d’une décision irrévocable. Jade et Joy doivent suivre leur scolarité en Californie. Laeticia est donc bien décidée à suivre ces dernières volontés. Actuellement hébergé dans la villa d’amis de la famille, le clan Hallyday s’est donc mis à la recherche d’un nouveau toit. Probablement dans un quartier moins huppé, et avec des charges plus en rapport avec leur train de vie actuel.

Mais Laeticia Hallyday devrait bientôt pouvoir compter sur de nouvelles rentrées financières. En effet comme elle l’annonçait elle-même il y a quelques jours via son compte Instagram, un coffret hommage de Johnny Hallyday s’apprête à sortir dans quelques semaines. Un projet dans lequel les fans de l’artiste retrouveront l’épopée américaine de l’interprète des Portes du pénitencier. Deux ans après la sortie de l’album posthume de Johnny Hallyday Mon pays c’est l’amour, c’est donc un coffret intitulé Son rêve américain, qui sera bientôt disponible à la vente. ” Je suis si fière et si heureuse de vous présenter les ultimes aventures américaines de Johnny “ avait publié Laeticia sur les réseaux sociaux. Selon elle, il s’agit de ” son dernier road trip avec ses frères, un concert inédit au Beacon Theatre de New York, un titre blues jamais encore entendu, une immersion en images de sa tournée américaine et d’autres surprises “.

On peut donc s’attendre à un véritable succès pour cette dernière parution qui devrait peut-être aider Laeticia dans sa recherche de capitaux. Car la priorité actuelle pour elle, ce sont ces 30 millions d’euros de dette réclamés par le fisc. En héritant du patrimoine de son époux, Laeticia héritait par la même occasion d’impôts sur le revenu impayé par le chanteur. Même si beaucoup de chiffres différents ont circulé dans la presse, il semblerait bien que ce montant ne soit pas très éloigné de la réalité. La vente de la villa de Los Angeles serait donc une réelle bouffée d’oxygène pour Laeticia afin d’envisager un futur plus serein.