Dans la nuit du 24 au 25 décembre, Kad Merad vient de sortir Pamela Rose 3 en version podcast. Disponible sur Canal + via myCanal, ce film drôlissime saura réjouir tous ses fans. Pourtant, l’acolyte d’Olivier Baroux n’est pas d’humeur joyeuse. Dans une interview avec les journalistes de Télé Loisirs, l’acteur et réalisateur parle de son mal-être. Il n’accepte plus la fermeture prolongée des salles de spectacles.

Bullit et Riper ou Pamela Rose 3 se veut un film audio en version podcast. Kad Merad a donc évité les complications du confinement pour sortir un film… sans image mais avec du son ! Ce qu’il n’a pas su éviter en revanche, c’est la déprime face à cette crise sanitaire qui plonge le monde du spectacle dans une terrible crise économique.

“Écœuré.”

Déjà mi-décembre, il criait son désespoir au micro de RTL. « Je suis acteur, réalisateur, metteur en scène de théâtre et musicien. Enfin, ce qu’il en reste. Parce qu’aujourd’hui je ne suis plus grand-chose, en tout cas plus depuis 18 heures, jeudi dernier. J’avais d’ailleurs préparé un autoportrait joyeux, plein d’entrain, comme d’habitude, mais c’était valable jusqu’à 18 heures jeudi dernier, lorsque le Premier ministre a annoncé que finalement les salles de cinéma, de concert et de théâtre resteraient fermées. Alors aujourd’hui je suis un peu moins joyeux et plein d’entrain qu’avant 18 heures, jeudi dernier. Et surtout, je suis écœuré. »

Cette fois-ci en pleine promotion du film avec nos confrères de Télé-Loisirs, Kad Mérad ne change pas de registre. “La situation d’aujourd’hui, c’est en train de me tendre”, explique-t-il sans détour. Au sein de la rédaction de nous, on compatit à 100% ! “On ne sait pas si on va pouvoir reprendre, si les cinémas et les théâtres vont rouvrir… Ça fait trois fois que je reporte une pièce que j’ai mis en scène… C’est beaucoup de boulot et je vous assure qu’à la maison on me dit : “ça va pas en ce moment ?” Et je dis non, ça va pas ! On m’empêche de travailler, c’est terrible !”.

“Nous sommes en jachère”

Son acolyte Olivier Baroux par exemple doit reporter la sortie de son prochain film de la saga Tuche. “Le problème, poursuit Kad Merad, c’est qu’on est tous touchés par ce truc-là donc il faut être tous solidaires. N’empêche qu’on est un peu en colère… Je croise des restaurateurs toute la journée qui sont dehors dans la rue à essayer de vendre des sandwichs, disant : “Mais je comprends pas pourquoi, nous, on ouvre pas ?”. Vous imaginez le délire ! Alors que les magasins sont bourrés à craquer !“.

L’artiste se montre pourtant conscient de la complexité des choix pris par le gouvernement. “Je ne voudrais pas faire de la politique moi, c’est des choix compliqués, ça devrait être beaucoup plus simple en fait.” Il n’attend finalement qu’une seule chose : la fin de cette pandémie “et que tout reprenne vie… Car pour l’instant nous sommes en jachère”.