Qui l’eut crû ? Vu la forme olympique de Julien Clerc, on pensait vraiment qu’il avait réussi à ne jamais en prendre. Et pourtant, grâce à Laurent Ruquier, on découvre une autre facette de sa personnalité.

Julien Clerc écrit des paroles et compose des mélodies magnifiques. Quand il avoue ce vieux démon, on se pose des questions !

Julien Clerc, l’éternel amoureux de la vie

Un surdoué de la musique

Julien Clerc est un surdoué de la musique. Il faut dire que ses deux parents avaient mis la barre très haut. Son père adorait la musique classique. Sa mère est férue de grands textes. Du reste, ses références s’appellent Georges Brassens ou Edith Piaf. D’ailleurs, il sait faire du piano à six ans. Au début de son adolescence, il a l’oreille absolu. C’est-à-dire, il n’a pas besoin de partitions et imite toutes les chansons qu’il entend sur la platine ou à la radio.

Hélas, pas question d’en faire son métier. Très strict avec lui, son père exige qu’il fasse des études de droit. Au dernier moment, il bifurque vers l’anglais. Mais il n’a aucune motivation. Cette année-là, les jeunes de l’époque préfèrent rêver le monde plutôt de se donner les moyens de le construire. En coulisses, Julien Clerc commence à mettre en musique ses tous premiers morceaux. Maurice Vallet l’aidera en écrivant les paroles.

Mais la rencontre professionnelle de sa vie s’appelle Étienne Roda-Gil. nous aurait voulu être une petite souris le jour de la rencontre ! Très novatrice pour l’époque, la voix de l’un et les mots de l’autre feront des merveilles. Puis, Julien Clerc fait ses premiers concerts. D’abord pour Adamo puis pour Gilbert Bécaud.

Un soir en coulisses, un drôle de couples insiste pour le rencontrer. Ils ont un projet énorme à lui proposer. Faire un remake de la comédie musicale Hair qui cartonne aux États-Unis. Et attention, pas question de le laisser dans un coin, on lui laisse miroiter que le premier rôle est réservé pour lui. Soucieux et méfiant envers ce projet, il se demande s’il a les épaules pour assumer tout ça. Donc, il se rend à Londres pour analyser le script et les chansons. Il revient conquis et accepte cette merveilleuse opportunité. La suite, nous la connait et vous la montre en images.

Quand il met l’amour en musique

Julien Clerc puise son inspiration dans les femmes. Même quand elles lui font du mal, il met sa douleur en chanson. À l’époque, c’est France Gall qui vit avec la nouvelle coqueluche des années 70. Hélas, la notoriété de ce dernier pèse peu à peu sur son moral. Elle le quitte donc en 1974. De cette histoire en dents de scie naitra deux chansons : Chasse-neige et Souffrir avec toi n’est pas souffrir.

Le coup de foudre de la vie de Julien Clerc s’appelle Miou-Miou. À l’époque, l’actrice est en couple avec l’acteur Patrick Dewaere. Se sachant trompé, ce dernier décide de réagir avec violence. Effrayée par son comportement, la jeune femme plie ses bagages et le prive de leur fille Angèle. Fruit de son amour avec le chanteur, une petite Jeanne arrive pour leur plus grand bonheur. La presse s’en donne à cœur joie. C’est un couple mythique et résolument moderne. Quoi de mieux que la chanson Ma Préférence pour lui mettre une mélodie sur ses sentiments ? Instantanément, elle devient un classique son répertoire. Quant aux deux enfants, elles s’entendent à merveille. Sitôt majeure, une décennie après le suicide de son père biologique, la procédure d’adoption est lancée.

Une hygiène de vie (presque) sans rature

Julien Clerc a déjà abordé le sujet sans aucune gêne. Star dans les années 70, a-t-il essayé de prendre des substances dangereuses pour sa santé ? Il précise à Paris Match “On prenait un peu de c*k*, on fumait des p*t*rds, c’était la posture obligée.” Bientôt, il sent bien que quelque chose se passe. Douleur permanente dans le nez et puis sa gorge le gratte. Aussi, Julien Clerc se ressaisit. Sa priorité, c’est de conserver sa voix. Donc, il va stopper avant que les choses ne s’aggravent physiquement et psychologiquement ! nous lui tire son chapeau !

Interrogé là-dessus par Laurent Ruquier, Julien Clerc résumera la chose ainsi “C’était comme une expérience, je me suis rendu compte que ça ne m’apportait pas grand-chose si vous voulez. ” De plus, il comprend que cela peut lui faire plus de mal que de bien. Dans un sourire, il conclut “Je suis addict à la musique et puis à la femme que j’aime.”

Aujourd’hui, Julien Clerc a composé pour les plus grands. Lié à jamais à Carla Bruni, il sera le premier à lire ses textes et à lui proposer une musique. Quant à elle, c’est l’une de ses meilleures amies “Elle est une des trois personnes que j’appellerais en cas de problème.” Voilà qui est dit !