Ce vendredi 18 décembre, Jean-Pierre Pernaut a adressé aux français un dernier aurevoir à la présentation du 13 heures de TF1, après 33 ans de bons et loyaux services. Une manière de passer un peu plus de temps avec sa femme et de leurs deux enfants, Lou et Tom. Mais il a également deux autres enfants. D’ailleurs, la rédaction de Moonlighttour va vous expliquer qui ils sont.

Une paternité qui a bouleversé la vie de Jean-Pierre Pernaut

Dans une interview qui date d’il y a quelques mois, Jean-Pierre Pernaut s’était livré sur sa tardive paternité. En effet, Lou vient de fêter ses 18 ans, est née en 2002 tandis que Tom est né en 2003. Si au départ il n’était pas forcément pour, il est aujourd’hui un papa plus que comblé : “Elle m’a fait rajeunir (Nathalie Marquay), mais pas seulement. Nathalie a frôlé la mort. Depuis, elle porte un regard différent sur le monde et me l’a transmis. Nous sommes soudés. Et redevenir père à 52 puis à 53 ans a bouleversé ma vie” a-t-il notamment déclaré.

Le journaliste avait également ajouté qu’il accompagnait souvent ses enfants au sport : “J’accompagne souvent Lou au judo et Tom au tennis. La paternité à plus de 50 ans, je croyais que ce n’était pas raisonnable. Je me trompais”. D’ailleurs, pour sa dernière, Jean-Pierre Pernaut a pu avoir la surprise de sa femme et de Lou et Tom.

Qui est Julier et Olivier ?

Mais la star du JT de 13h est aussi le père de deux grands adultes, nés quelques années plus tôt d’une relation avec une certaine Dominique Bonnet. En effet, avant d’avoir un gros coup de foudre pour Nathalie Marquay en 2001, Jean-Pierre Pernaut était marié à la jeune femme avec qui il a accueilli Julia, née en 1978 et Olivier, né en 1981. S’il ne parle pas beaucoup d’eux, il reste très fier de ses enfants pour autant : “Julia, mon aînée, est gynécologue à Amiens. Elle a deux filles, Iris et Eléa. Avec Léo, le fils d’Olivier, je suis trois fois grand-père” avait-il confié pour Paris Match il y a quelques temps.

Dans cette même interview, Jean-Pierre Pernaut avait toutefois confié sa tristesse de ne pas pouvoir profiter de ses proches aussi souvent qu’il le souhaitait : “J’ai une grande famille que je ne vois pas assez souvent à mon goût”. Avec Olivier, il partage notamment la passion de l’automobile : “Nous sommes des fidèles du Trophée Andros sur glace depuis onze ans. Notre nouveau dada : piloter un drone, avec lequel nous réalisons des vidéos magnifique de la maison”. Moonlighttour trouve que c’est une belle famille en tout cas.