Lundi 30 novembre, nos confrères du Parisien ont recueilli les confidences de Michel Drucker sur son long parcours à l’hôpital depuis cet été. Le présentateur de 78 ans a en effet enchaîné plusieurs lourdes opérations du cœur. Il tient aujourd’hui à rassurer son public.

L’animateur vedette de France 2 pensait ne plus pouvoir jamais revivre comme avant. “Je suis un miraculé“, confie-t-il dans les colonnes du Parisien. Il dit en effet aller “plutôt bien pour quelqu’un qui a évité la catastrophe“. Dans la rédaction de nous, quel bonheur d’apprendre que notre présentateur préféré s’en sort sain et sauf. Endocardite infectieuse, triple pontage infection de sa cicatrice : les choses auraient pu tourner beaucoup plus mal !

Tout a commencé cet été. L’époux de Dany passait ses vacances en Provence quand il a remarqué des symptômes plutôt alarmants : il se sent fatigué, avec de la fièvre tous les jours. Fin août, il a donc pris la direction du service cardiologie de l’hôpital Georges-Pompidou, à Paris.

Sur place, les médecins ont indiqué que le foyer infectieux venait de la bouche, à la suite d’un soin dentaire. “ La bactérie (..) a infecté le cœur et provoqué une septicémie avec un germe qui avait touché la valve mitrale mais aussi la rate et le rein. Pendant un mois, j’ai été mis sous perfusion avec un antibiotique de choc. Une période que j’ai gardée secrète“, a résumé le présentateur de Vivement Dimanche.

Il enchaîne opération sur opération !

Le 26 septembre 2020, les médecins n’ont pas d’autre choix que de l’opérer. En effet, la “bactérie a aussi touché l’artère de la jambe droite“. Michel Drucker explique aux journalistes du Parisien qu’il aurait même pu être amputé ! Finalement, le corps médical parvient heureusement à déboucher l’artère. Mais mauvaise nouvelle : l’infection touche toujours la valve de son coeur.

Il poursuit : “On m’a ensuite examiné pour savoir si j’étais en état. Et là, les chirurgiens découvrent qu’il faut aussi me faire un triple pontage ! Ça m’a assommé. Je n’arrivais pas à comprendre. J’ai une bonne hygiène de vie, je fais du sport, je ne fume pas, ne bois pas… C’est d’ailleurs grâce à ça que je suis encore en vie“. Au sein de la rédaction nous, nous sommes encore sous le choc d’apprendre que Michel Drucker a traversé toutes ces épreuves ces derniers mois !

Michel Drucker : “Perdre 10 kg, c’est beaucoup quand on en pèse 72.”

Après huit heures d’opération, quinze heures d’anesthésie, de la réanimation et des soins intensifs, la figure emblématique du PAF se réveille enfin. “Mon cœur a été arrêté pendant quelques heures et branché à une machine. Je n’ai refait surface que beaucoup plus tard. Heureusement que je n’avais pas de miroir. J’avais les joues creusées, j’étais une ombre. Perdre 10 kg, c’est beaucoup quand on en pèse 72. J’avais la cage thoracique douloureuse, avec un corset pour maintenir tout ça. On redevient un pantin. Incapable de se lever tout seul, de marcher sans perfusion. Il n’y a plus de vedette de la télé. J’étais convaincu que je ne referai jamais surface”, se souvient-il. Il se rend alors compte qu’il a “frôlé la catastrophe“.

Lundi 30 novembre, Michel Drucker attaquait sa quatrième semaine de rééducation à la clinique Bizet, à Paris. Enfin, il dit apercevoir “ le bout du tunnel”