Les concours de beauté sont des compétitions très rudes où la concurrence est à tous les niveaux. Aujourd’hui, c’est Anaëlle Guimbi qui en a fait les frais et Iris Mittenaere l’ancienne Miss Univers en parle.

L’éviction d’Anaëlle Guimbi du concours Miss France 2021 crée de grosses vagues sur la toile. Malgré l’indignation des uns et des autres, la décision prise par le comité d’organisation ne peut être révoquée. Celle qui a été Miss Guadeloupe ne sera donc plus en mesure de participer à ce concours. Touchée par cet évènement, Iris Mittenaere prend la parole et donne son point de vue sur la situation malencontreuse que traverse Anaëlle Guimbi. Cet article vous en apprend davantage.

L’ex-Miss France ne cache pas son indignation !

Anaëlle Guimbi était sans doute l’une des favorites pour les prochaines élections de Miss France. Elle avait le support de ses fans. Il est donc normal que ces derniers soient extrêmement touchés par son éviction. Ils ont exprimé leur mécontentement sur la toile de bien des manières.

Iris Mittenaere en particulier n’a pas caché son désaccord face à cette situation. Elle était particulièrement choquée d’apprendre la nouvelle. En effet, l’ex-Miss France entretient de très bonnes relations avec la présidente du comité d’organisation du concours. Si Iris Mittenaere l’a contacté pour mieux comprendre ce qui s’était passé, cette dernière s’est justifiée en faisant recours au règlement strict qui régissait la compétition.

C’est ainsi qu’on a pu apprendre que l’une des conditions sine qua non du concours Miss France est de ne jamais avoir posé nue. On pourrait dire dès lors que la Miss Guadeloupe a failli à cette règle même s’il ne s’agit pas de nudité à proprement parler. En réalité, les clichés à la base de toute cette polémique ont été effectués par Anaëlle Guimbi en vue d’une campagne d’information et de soutien sur le cancer du sein.

Une dénonciation motivée par de mauvaises intentions

Ces images n’étaient pas à caractère pornographique et n’avaient rien d’érotique. De toute façon, on ne distinguait quasiment rien de l’intimité de la jeune femme. On reconnaît tout de même que la dénonciation de ce cliché partait d’un individu mal intentionné qui chercherait probablement à éliminer la concurrence.

C’est justement contre cet aspect que s’indigne Iris Mittenaere. Selon la Miss France 2016, les règlements de la compétition devraient être revus. Elle demande au comité de se pencher sur certains aspects comme la taille minimale de 1m 70 qui a été imposée ainsi que celle qui exclut les éventuelles candidates ayant des tatouages. Aussi, la compagne de Diego El Glaoui soutient que la chirurgie esthétique ne devrait pas constituer un frein pour les personnes qui désirent participer au concours Miss France.

Anaëlle Guimbi ne se laisse pas démonter

S’il est évident que cette décision du comité n’a pas fait plaisir à la Miss Guadeloupe, cette dernière ne se morfond pas pour autant. L’éviction de la jeune femme a touché plus d’un et elle a reçu des messages de soutien de la part de ses abonnées. Aussi, ses propos sur Twitter prouvent qu’elle a décidé de garder la tête haute et de continuer à se battre pour les causes qui lui tiennent à cœur.

Pour Anaëlle Guimbi, boycotter l’élection Miss France n’apporterait rien de positif. Elle assume pleinement la responsabilité de ses actes. La jeune femme a décidé de ne pas faire de vague à propos de cette histoire.

Elle s’incline donc volontiers et s’oblige à suivre les règles. Toutefois, la Miss Guadeloupe reste ferme sur un point. Elle affirme qu’elle continuera toujours à défendre les valeurs qui lui sont chères, notamment celle de la lutte contre le cancer du sein.