Brigitte Macron: L’ampleur de la deuxième vague de Covid-19 alarme les autorités. Emmanuel Macron a ainsi dû confine une nouvelle fois le pays vendredi 30 octobre. Pourtant, la Première dame voulait que les librairies restent ouvertes.

Depuis le nouveau confinement ordonné ce vendredi 30 octobre, le débat fait rage autour de l’ouverture ou non des librairies. De nombreux Français redoutent que leur fermeture donne le champ libre aux géants comme Amazon, décrié par ailleurs pour ne pas payer d’impôts en France. Ce déséquilibre des ventes amené à durer pendant plusieurs longues semaines pourrait tuer nombre de petits libraires.

D’après Le Parisien, cette polémique a failli ne pas avoir lieu. Dimanche 1er novembre, le quotidien relatait en effet que la Première dame avait obtenu gain de cause pour une ouverture des librairies pendant le confinement. Mais contre toute attente, l’ampleur de l’épidémie n’aurait ensuite pas laissé le choix au chef de l’Etat. Il aurait ainsi dû changer d’avis pour des raisons de santé publique. “Lors du conseil de défense, le président a regardé les chiffres sanitaires. C’était intenable, il fallait fermer le maximum de commerces” confie un témoin au Parisien.

Si les librairies n’ont pas obtenu le label “commerce essentiel”, Brigitte Macron aurait ensuite oeuvré pour garder les écoles ouvertes. L’ancienne enseignante craint en effet les dégâts causés par le décrochage scolaire et l’inégalité sociale. Les élèves ont effectivement repris le chemin de l’école ce lundi 2 novembre.

Brigitte Macron prend-elle des décisions pour son mari ?

Certaines personnes se posent aujourd’hui la question de l’influence de Brigitte Macron sur les décisions de son mari. L’Elysée réfute tout de go une telle hypothèse. “Madame Macron n’intervient pas dans les arbitrages, elle a une activité propre” affirme un conseiller du Palais aux journalistes du Parisien. Même son de cloche du côté des proches du couple présidentiel. “Brigitte Macron l’accompagne dans les décisions” fait savoir un ami. “Elle donne son avis, c’est un couple uni, mais elle ne s’arroge rien”, confirme un autre membre de leur entourage.

En tous cas, l’un des amis de Brigitte et Emmanuel macron tient à se faire entendre. Et pour cause : il s’agit de l’écrivain Philippe Besson. Il n’a pas hésité à qualifier la fermeture des librairies de “stupidité fondamentale” au micro d’Europe 1. “Considérer que la librairie n’est pas un commerce essentiel est d’une absurdité !”

“On doit avoir au moins la liberté de penser et de lire.”

L’ancien chef de l’Etat François Hollande le rejoint sur ce sujet. Ce jeudi 29 octobre, François Hollande a envisagé une ré-organisé des librairies mais aussi des bibliothèques au micro d’Europe 1 : “Que les librairies et les bibliothèques soient fermées, je pense qu’il faut revoir cette disposition. J’étais hier dans une librairie, c’est un lieu où les règles sanitaires peuvent être parfaitement respectées d’abord, mais c’est un lieu où les familles peuvent se rendre et où on a envie de liberté. Quand on n’a plus la liberté de circuler, on doit avoir au moins la liberté de penser et de lire”, a -t-il lancé.

“Ouvrez les librairies, ouvrez les bibliothèques, dans des conditions qui n’entraîneraient aucun problème sanitaire, mais permettez que nous puissions découvrir des auteurs et rêver avec la lecture”, s’est-il exclamé plein d’émotion dans la voix. Les demandes de ré-ouverture des librairies se multiplient. Le gouvernement va-t-il se montrer plus souple à l’encontre des libraires ?