Inès Loucif, candidate finaliste de “Koh-Lanta” en 2020, raconte son mal-être. Elle se se supporte pas à cause des critiques de ses parents.

Inès s’est tout de suite faite remarquer quand elle est arrivée dans Koh-Lanta. Il faut bien l’admettre, ce n’était pas seulement son caractère volcanique qui attirait l’attention. En effet, il s’agissait également de son physique ravageur. Mais croyez-le ou non, Inès ne s’aime pas du tout physiquement. Alors que parmi ses 300 000 fans, beaucoup aimerait lui ressembler, elle ne se trouve pas du tout attirante. Un complexe qui ne peut trouver ses fondements que dans son esprit. Car très objectivement, il est difficile de ne pas remarquer qu’elle a de nombreux atouts. Pour la première fois, dans une interview pour TV Mag, Inès se livre sur la cause de ce mal-être.

Inès a beaucoup de mal avec son image

La candidate de Koh-Lanta rejoignait justement l’émission deTFX La Villa des cœurs brisés avec une problématique en lien avec cette histoire. En effet, Inès va jusqu’à dire qu’elle ne se supporte pas et souhaite aller au bout d’un travail pour s’accepter. Mais ce travail risque de prendre énormément de temps et de surtout se passer hors caméra. Car c’est depuis son enfance qu’Inès a se sentiment dévalorisant d’elle-même. Un sentiment qui lui vient des critiques incessantes de ses parents sur son physique. Et plus particulièrement de sa mère.

D’après les propos d’Inès, ce sont des mots terriblement difficiles à encaisser pour un enfant qu’elle entendait au quotidien. “Tu sers à rien”, “T’es pas ma fille” ou encore “Tu ressemble à rien” étaient les phrases les lus courantes. Comment voulez-vous construire une image de soi saine avec ce genre de propos. Les enfants ne font pas la part des choses et croient évidemment à 100% tous ce que leurs parents leurs disent. Ces critiques incessantes ont eu un effet dévastateur sur Inès et sur sa confiance en elle. Mais Inès n’a pas attendu de participer à La Villa pour savoir qu’elle souffrait d’un manque de reconnaissance. Aussi, ce sera un pas vers la guérison mais cela ne pourra pas totalement la sortir d’affaire.

Une blessure ancienne et douloureuse qui l’accompagne au quotidien

Depuis des années, Inès tente de compenser les propos de sa mère avec ses actes au quotidien. Une volonté de lui plaire mais aussi de se plaire. Pour tenter de se revaloriser dans les yeux de ses parents et dans son regard personnel sur elle-même, Inès fait beaucoup de sport. Son but était, à force de volonté, de se sculpter une silhouette différente de celle qu’elle était. Mais elle a aussi eu recours à la chirurgie esthétique. Des implants mammaires étaient selon elle nécessaires pour harmoniser sa silhouette. Son opération a été remboursée par la sécurité sociale, en 2013. Car le but était que cela soit naturel et qu’elle se sente mieux physiquement et mentalement. Mais il a tout de même des choses qu’Inès n’accepte pas chez elle.

En effet, la jeune femme a beau recevoir d’innombrables compliments sur la Toile de la part des internautes, elle ne s’aime pas. Par exemple, elle dit avoir une mâchoire carrée qu’elle déteste. À terme, si elle ne parvient pas à s’apprécier en se regardant dans la glace, elle pourrait envisager de repasser par la case chirurgie esthétique. Mais Inès connait bien les dangers de se faire opérer trop souvent. Elle a conscience que cela puisse rapidement devenir une addiction. Elle tente alors de ne pas penser à tout changer mais elle souhaiterait tout de même bientôt intervenir sur ses yeux.

Un combat paradoxal

Inès semble profiter de la vie et apprécier se mettre en valeur. Sur son compte Instagram, en tant que mannequin pour sous-vêtements, et même en passant à la télévision. C’est donc un réel paradoxe que de la voir partout alors qu’elle dit préférer se cacher tant elle a honte d’être comme elle est. Et bien c’est là tout le paradoxe et le combat de la jeune femme.

Elle a conscience que son mal-être lui vient des propos odieux de sa mère. Qu’elle ne pourra pas en guérir si elle n’essaie pas de la contredire. Alors, le sport à outrance, la chirurgie, la télévision et les photos sur son compte Instagram sont peut-être autant de manière de rechercher encore l’approbation de sa mère. En effet, il suffirait peut-être que sa mère reconnaisse ses tords et lui demande pardon pour que tout s’arrange ? Qu’elle lui dise qu’elle est ravissante ? En tout cas, Inès fait tout pour aller de l’avant et montrer car elle veut croire que tout reste possible.