Françoise Hardy se confie sur sa maladie le véritable cauchemar qu’elle vit à chaque jour. Elle s’exprime sur l’euthanasie, à laquelle sa mère a eu recours suite à une très longue maladie. Interdite en France, elle espère vraiment voir la situation changer.

Interviewée par les journalistes de RTL, Françoise Hardy évoque sa maladie ce mardi 30 mars. Elle explique ainsi la souffrance qu’elle ressent depuis maintenant de nombreuses années. Son cancer l’a effectivement beaucoup diminué. Au point d’envisager l’euthanasie comme une solution.nous revient donc pour vous sur les déclarations de la chanteuse et sur son état d’esprit actuel.

Françoise Hardy: L’euthanasie, une solution qu’elle a envisagé

Une femme qui souffre

Depuis trois ans maintenant, Françoise Hardy se bat effectivement contre le crabe qui la ronge. Même si le cancer semble avoir moins de vigueur, la radiothérapie aura eu de terribles conséquences. L’ex-compagne de Jacques Dutronc explique ainsi qu’elle n’a quasiment plus de salive et subit régulièrement des crises d’étouffement. En plus de nombreux autres symptômes comme de fréquents saignements de nez. L’artiste évoque ainsi son véritable calvaire et son quotidien angoissant. ” Pour m’alimenter ça prend six heures par jour. Le reste du temps, je réponds aux mails, je fais des soins médicaux importants. Je suis complètement asséchée de partout à cause des rayons. Ils m’ont traversé 45 fois la tête, ils ont brûlé mes glandes salivaires “. Une femme qui souffre donc horriblement et une chanteuse dont la passion est désormais derrière elle.

Bien évidemment, sa carrière est un sujet difficile à évoquer pour Françoise Hardy. Car il y a effectivement peu de chance que ses fans la retrouvent un jour. Malheureusement, elle est également sourde d’une oreille. La radiothérapie aura effectivement eu de lourdes conséquences. Au point que la souffrance est quotidienne, au point que depuis que ce mal l’assaille, la mort est un sujet auquel elle a souvent pensé. Ainsi, Françoise Hardy aurait souhaité pour le dernier jour de sa vie pouvoir choisir le moment et l’heure exacte de s’en aller. Elle a donc bien évidemment imaginer que l’euthanasie pourrait être une solution. Néanmoins, en France, cela est impossible. nous revient donc sur cet état de fait que Françoise Hardy semble regretter.

Un abandon des malades

Pour Françoise Hardy, pourquoi souffrir inutilement s’il y a d’autres solutions. ” À partir d’un certain moment ou il y a beaucoup trop de souffrances et où il n’y a plus d’espoir, il faut abréger les souffrances. C’est la moindre des choses. C’est humain “. Elle explique ainsi que sa mère a eu la chance de bénéficier de cette fin de vie. Victime de la maladie de Charcot, sa maman n’avait, en effet, plus aucun espoir de guérison. Et malgré la législation interdisant cette pratique, elle aura trouvé une solution. ” Ma mère a pu, avec ma complicité, se faire euthanasier. De savoir que son médecin pourrait l’aider et faire en sorte qu’elle soit euthanasiée quand elle ne voudrait plus continuer à vivre cette horrible maladie. Ça a été un réconfort extraordinaire “.

Françoise Hardy veut donc aujourd’hui militer pour que les choses changent. Elle décide ainsi d’interpeller le gouvernement et les décideurs politiques afin qu’ils prennent des dispositions dans ce sens. Pour l’ancienne égérie des années 60, il est totalement illogique de ne pas pouvoir choisir comment partir. Dès lors que de nombreux pays européens le permettent sous bien sûr de nombreuses conditions. nous revient donc sur le sentiment très précis de Françoise Hardy sur la question.

Une nécessité absolue

La mère de Thomas Dutronc se veut catégorique. ” Il faut que la France en fasse autant. Il faut faire cette loi “. Pour Françoise Hardy, il s’agit d’une nécessité. Et bien sûr, elle pense à son propre cas. ” Je suis dans un état de souffrance vraiment cauchemardesque la plupart du temps “. Elle redoute ainsi de souffrir horriblement les derniers jours. L’idée de pouvoir disparaître quand le moment sera venu serait pour elle un certain réconfort. Mais pour l’instant, l’euthanasie n’est toujours pas permise en France.

Un sujet qui fait pourtant beaucoup débat et créé de nombreuses polémiques. Les décideurs politiques semblent, en effet, très frileux. Même si certains élus ont néanmoins mis le dossier sur la table, aucune loi n’a encore été votée. Françoise Hardy verrait en effet en cette évolution de la législation, un véritable espoir pour beaucoup. Un choix difficile, mais qui en réalité selon elle, appartient à chacun. L’artiste fait ainsi un véritable plaidoyer en faveur de l’euthanasie et de la possibilité d’être maître de son destin. Un sujet qui au moins a été discuté. En effet, l’Hexagone devient presque une exception au niveau européen, du moins par rapport aux pays nordiques. Une situation qui semble en tout cas ne pas convenir du tout à Françoise Hardy très investie sur le sujet. Une fin de vie qui, pour elle, devrait en réalité dépendre du choix de chacun.