Alors que la crise du Covid-19 se poursuit, les Français sont très attentifs à l’action du président de la République et attendent des résultats. En ce moment, Emmanuel Macron a de nombreux dossiers sur la table : la crise sanitaire, la crise économique, le récent remaniement ministériel ou encore le cas Darmanin. Chaque décision prise par le président de la République est scrutée et analysée. La crise économique qui s’annonce fait peur à beaucoup de Français. Le chef de l’Etat s’est exprimé récemment sur le sujet.

Emmanuel Macron annonce pas de hausse d’impôts à prévoir

Récemment, la Banque Centrale Européenne a décidé de débloquer en urgence la somme de 750 milliards d’euros pour éviter une crise économique grave. Mais cette crise pourrait, tout de même arriver dans les mois à venir et une hausse des impôts pourrait arriver pour rembourser cette dette. Le 21 juillet, Emmanuel Macron a tenu à rassurer et Français et indique qu’il n’y aura pas de hausse d’impôts. C’est donc une annonce positive.

Emmanuel Macron ne semble pas vouloir faire peser le poids de cette dette sur les contribuables mais plutôt sur de grandes firmes transnationales. « Précisément, ce n’est pas le contribuable français qui règlera cette dette » mais de « grandes firmes internationales, parfois européennes, qui actuellement ne sont pas assez taxées et qui vont payer progressivement cette dette par la fiscalité européenne que nous allons construire » précise le président de la République durant son passage au JT de 20 heures sur TF1. Et pour y arriver, les dirigeants européens réfléchissent à de nouveaux impôts tels que : une taxe sur le plastique non-recyclé, un impôt sur les GAFA ainsi qu’une « taxe carbone ».

Les GAFA vont passer à la caisse

Pour empêcher une déflagration économique, les pays européens ont pris la décision de faire payer des taxes aux fameux GAFA : Google, Apple, Facebook et Amazon. Ces géants du net arrivent à échapper à la fiscalité européenne en profitant des failles du système. Ils parviennent à se faire domicilier dans les pays où il y a le moins de taxe. Ces grandes entreprises devraient contribuer au budget des Etats avec une taxe. « Nous sommes en train de la faire au niveau français, nous l’avons décidée parce que l’UE mettait du temps à la faire et l’OCDE également, mais le bon échelon est l’échelon européen ». Taxe d’autant plus indispensable selon lui que « ces géants du numérique (…) ont fait beaucoup de profits pendant la crise et ne payent pas la même TVA, les mêmes impôts sur les sociétés que les petites et moyennes entreprises », indique Emmanuel Macron.

Concernant la dimension environnementale, « nous demandons à nos entreprises de nombreux d’efforts pour être plus vertes » avec une taxe mise en place pour l’importation de manière à pouvoir réduire la « concurrence déloyale. » De plus, la taxe sur le plastique recyclé devrait être instaurée dès début 2021. De nombreux chantiers en perspective.