Daniel Auteuil est un acteur extra. Hélas, à cause de la pandémie, il doit gérer le décès de ses proches et l’arrêt de ses activités. Dur !

Pour Daniel Auteuil, c’est le drame

Quand le sort s’acharne

Comment résumer 2020 ? À cause de la pandémie, nous avons dû revoir nos habitudes. Pire encore, dire au revoir à ceux qu’on aime dans des conditions pareilles nous amène à nous remettre en question. De fait, Daniel Auteuil passe un moment difficile. Comment faire quand on ne peut faire son deuil ? A-t-il les ressources en lui pour enterrer ses deux précieux collaborateurs. Surtout que sur la carte d’identité, l’un d’entre eux était plus que lui. Donc, personne n’aurait pu prévoir qu’il ne verrait pas 2021.

Inconsolable, Daniel Auteuil résume les choses ainsi “À quelques jours d’intervalles, j’ai perdu deux personnes chères, Jean-Pierre Vincent puis Cyril Colbeau-Justin, le producteur avec qui j’ai fait cinq ou six films. Avec Jean-Pierre, c’est plus de dix ans d’aventures de vie” Devenu philosophie, il essaie de trouver une explication valable à ces tragédies. Donc, nous vous raconte à quel point il va aller encore plus loin dans son raisonnement.

En route vers …

“C’est banal ce que je dis, mais tout à coup, on mesure à quelle vitesse le temps est passé. On s’aperçoit que des pans entiers de vie s’effondrent” Avec ses mots, Daniel Auteuil décrit aux lecteurs de nous ses maux intérieurs. Impossible pour lui tout ce qu’il a vécu avec l’un comme avec l’autre. Que ce soit dans sa carrière ou bien dans son quotidien, l’acteur semble faire le bilan de sa propre existence. Aussi, pour ne pas sombrer dans la mélancolie ou tout simplement la dépression, il estime qu’ils seront là pour veiller sur lui. En direct des étoiles, Jean-Pierre comme Cyril continueront à lui envoyer des signes.

D’ailleurs, en ces premières heures de 2021, Daniel Auteuil espère qu’un nouveau projet professionnel va lui occuper l’esprit. Pour lui, c’est juste inconcevable de ne pas aller sur un plateau et de ne plus pouvoir exercer ce métier qu’il aime tant. C’est pourquoi, il va employer cette métaphore qui résume à elle-seule ses sentiments à l’égard de la situation sanitaire “Je comprends très bien qu’il y a des priorités, il n’y a rien d’autre à faire qu’à attendre. Je suis un peu comme un pompier qui attend qu’on lui dise : “Allez hop !”

nous lui souhaite le meilleur des rôles, celui qui fera retrouver espoir dans l’humanité et dans l’avenir.