Véronique s’est confiée pour révéler une facette peu connue de Christophe. Entre ses mensonges et ses infidélités.

Un an après la mort de Christophe, décédé à 74 ans des suites d’une insuffisance pulmonaire, les langues se délient. Véronique Bevilacqua, veuve du chanteur, a dévoilé un gros souci de comportement du chanteur. La rédaction nous va vous dire de quoi il s’agit exactement. Vous êtes prêts ?

Christophe, un menteur compulsif ?

En 1971, Christophe et Véronique Kan se marient. Les tourtereaux sont restés en couple pendant des décennies. Mais leur amour n’a pas été un long fleuve tranquille, c’est le moins qu’on puisse dire. Dans une récente interview, la veuve raconte que le chanteur était infidèle et qu’il lui en avait fait voir de toutes les couleurs :”Quand tu es mariée à un homme comme Christophe, tu risques de finir à Sainte-Anne ou en taule. Il faut savoir se préserver. J’ai vécu ma vie. Lui aussi était capable de partir une semaine entière sans que je sache où. Et comme il était très menteur, je n’ai jamais réussi à le choper avec un autre nana” explique-t-elle notamment. Un comportement qui a amené Véronique Bevilacqua a elle aussi vivre d’autres histoires d’amour.

Mais si Christophe était infidèle, Véronique Bevilacqua explique qu’il mentait également souvent. Et notamment quand il recevait du monde à la maison. Il s’inventait une vie, pour embellir la sienne : “C’est pour ça que je ne voulais plus organiser de dîners à la maison. Je ne voulais pas l’entendre raconter n’importe quoi. Il amusait les gens mais tout était faux… Je n’ai jamais compris pourquoi il s’inventait des vies pour exister, d’autant qu’il mentait très mal (…) En revanche, il multipliait les relations, il se servait des gens” dit-elle. Elle conclut son propos en précisant que le chanteur était un menteur pathologique.

Un séducteur hors pair

Alors que Véronique Bevilacqua a du subir les infidélités et les mensonges de Christophe, ce dernier connaissait ses capacités de séduction. En effet, dans ses mémoires, qui seront publiées le 7 avril, il s’est confié sur la séduction et selon ses dires, il est un beau parleur :”Souvent, on m’a demandé comment je faisais pour tomber les filles. Je suis un mec qui a du charme, un beau parleur, un beau menteur, j’ai beaucoup d’imagination. Quand une femme me plaît, je sais déconner, faire l’acteur, le fou” explique-t-il.

Il ajoute ensuite qu’il était un fétichiste plus qu’un collectionneur de femmes. Il aimait bien son petit confort entre sa femme et ses infidélités : “Je ne suis pas un collectionneur de femmes, mais un fétichiste. La possession pour la possession, ça ne m’intéresse pas du tout. Je préfère jouer en laissant faire le hasard et en mettant la barre très haut“. Dans ses mémoires, Christophe n’a pas dissimulé ses manies de séducteur invétéré. Il n’a jamais pu rester sans tromper : “Je n’ai jamais été fidèle parce que j’avais d’autres désirs. De ce côté-là aussi, j’ai toujours été un chercheur. Evidemment, ça ne faisait pas de moi un cadeau pour les femmes“.

Une relation difficile avec sa fille Lucie

Dans ses mémoires, Christophe revient également sur sa relation avec sa fille, Lucie. Une relation qui n’a pas été simple : “La chose dont je suis le plus fier est d’amier ma fille alors qu’elle ne m’aime pas. Ma fille, elle est comme moi, pas douée à l’école, mais elle a des dons artistiques. Elle est une bonne musicienne et une bonne actrice. Elle a tourné avec Josée Dayan, fait quelques apparitions à l’écran où elle était géniale“. Il déclare ensuite qu’il ne parlait pas beaucoup avec sa fille au moment où il écrivait : “Ma relation avec elle, aujourd’hui, n’est pas au top. Il y a des hauts et des bas. La famille, c’est quelque chose de difficile à préserver”.

Mais malgré sa relation compliquée avec Lucie, Christophe raconte plusieurs souvenirs qu’il a avec elle. Il se souvient notamment des virées en mer : “Pourtant, à une époque, on partait en mer ensemble, on faisait des virées en bagnole, je l’emmenais sur les plateaux avec moi“, dit-il. Selon ses propos, si Lucie ne “me connaît pas, c’est parce que je n’ai pas pu lui transmettre mon héritage, ce que je suis. Il faut accepter de ne pas être aimé“. C’est peut-être le drame de sa vie, de ne pas avoir pu créer un lien très fort avec sa fille.