Avant-hier le défroisseur à main, hier le parfum de luxe, aujourd’hui la paire de basket et demain le robot cuiseur. Chez Lidl, les ultra promo flashs sont devenues quasi permanent. Une technique de vente agressive envers ses concurrents mais toujours plébiscitée par les consommateurs.

En 10 dix, Lidl s’est octroyé une place de choix dans le paysage de la grande distribution. En effet, l’enseigne allemande a continuellement raflé des parts de marché de ses concurrents. Lidl compte aujourd’hui pour 6,2% de part de marché sur la grande distribution en France, c’est encore loin des 20% de Leclerc, le leader historique, mais c’est assez pour révolutionner bouleverser les habitudes de consommation des Français.

Avec ses ventes flashs en continu, Lidl s’assure deux choses : d’une part de drainer des clients dans ses magasins et d’autre par de renforcer sa communication. En effet, le slogan de ses messages publicitaires est toujours le même : « Le vrai prix des bonnes chose ». Par ailleurs, à chaque promotion, Lidl limite à la fois les stocks et la durée de l’événement : à chaque fois, c’est la ruée des consommateurs dans les rayons, le buzz sur internet et la certitude de ne pas se retrouver avec des invendus. Cette technique de vente est bien rodée et elle n’est d’ailleurs pas originale : elle a fait ses preuves dans d’autres enseignes pendant des décennies.

Bien plus qu’un simple hard-discounter

Quoiqu’il en soit, aujourd’hui Lidl sort de son image de hard-discounter lamda et va bien plus loin. Sa stratégie va bien au-delà du simple modèle hard-discount qui consiste principalement à baisser les charges par rapport à ses concurrents pour ainsi proposer des prix plus attractifs. C’est la raison pour laquelle, chez un hard discounter, vous n’aurez pas de service client, pas de mise en rayon alléchante (les produits sont souvent laissés sur des palettes). Il n’existe souvent pas de choix dans les produits et très peu de grandes marques et les magasins sont situés là où les loyers coûtent moins cher, c’est à dire en périphérie, loin des centre-villes. Enfin, la grande différence entre une enseigne classique de la grande distribution et un concurrent hard discounter, c’est le budget alloué à la publicité.

Mais désormais, Lidl revoit son look et se positionne comme une marque de proximité. Des magasins ouvrent dans des artères commerçantes des centre-villes. Lidl s’adapte aussi aux nouvelles tendances de consommation en élargissant son offre à des produits bio ou des produits de qualité estampillés par des labels divers et variés.

Ainsi, le modèle Lidl semble gagner la sympathie dans le coeur des Français. Si l’enseigne allemande est encore loin de faire de l’ombre au mastodonte Leclerc, elle arrive cependant à rattraper son concurrent Auchan. Une première pour une enseigne hard discount !