Cathy Guetta passe ses vacances d’été au cap Ferret, un lieu de villégiature de rêve qui se situe en Gironde. L’ancienne clubbeuse et ex-femme du DJ David Guetta y prendre du bon temps et se laisse aller au farniente. C’est ce qu’on peut voir sur ses nombreux selfies avec vue sur la mer, mais aussi sur ses décolletés plongeants! La quinquagénaire sait comment rendre fous ses 666’000 followers sur Instagram !

Le Sud-Ouest de la France est une destination de vacances idéale ! C’est ici que la redoutable femme d’affaires qui possède plusieurs clubs à Ibiza essaye d’oublier ses ennuis en s’occupant de son bronzage. Elle avait récemment invité sa communauté de fans à participer à des événements virtuels sur son compte Instagram. C’était à l’occasion des manifestations contre le racisme et les violences policières à Londres. Mais là, changement radical de décor, la voici désormais sur la place où elle a rendez-vous avec le soleil.

Sur l’un de ses derniers post, on pouvait la découvrir au banc d’Arguin, qui se trouve juste en face de la célèbre dune du Pilat. Mardi 21 juillet, c’est sur la plage de l’Horizon qu’elle posait en maillot de bain orange de la marque Calzedonia, l’une de ses marques préférées. “Cap Ferret Girl 🧡 big kiss to @calzedonia family 💓👙”. Casquette bleue et petit short en jean, elle se tient non loin de l’océan que l’on aperçoit à l’arrière de la deuxième photo.

Du soleil pour oublier ses malheurs

Derrière son apparente joie de vivre, Cathy Guetta est pourtant confrontée à un événement qui la tracasse. Il s’agit de sa propriété à Ibiza. C’est le journal local Diario de Ibiza qui a tout dévoilé : sa célèbre ville baptisée « Titanium » n’a rien de légale. Car Cathy Guetta s’est permise des caprices de star qu’elle n’aurait pas du. L’extension de 2500m2 de sa somptueuse demeure a été construite sans les autorisations nécessaires. Et Cathy Guetta n’y est pas allée de main morte. Elle n’aurait dépensé pas moins de 2 millions d’euros pour faire bâtir des terrasses, un sous-sol, des chemins pavés et une pergola. Pourtant, sa ville se situe en « terre rurale commune« , une classification qui l’oblige d’obtenir des autorisations bien spécifiques avant de pouvoir construire.

Un coup dur pour la reine de la nuit : sa folie des grandeurs lui coûterait 30’000 euros pour tout démolir, assorti d’une belle amende de 1 million d’euros pour ne pas avoir respecté la loi. Une bagatelle pour elle : ses revenus s’élèvent à 82 millions par an ! La s*xy quinquagénaire s’est ainsi classée disc jockeys les mieux payées du monde. Mais ce n’est pas tout : sa fortune totale s’élèverait à près de 245 millions d’euros. De quoi se prélasse encore plus sous le soleil du cap Ferret.