En lisant cet article, vous n’allez plus acheter vos produits de beauté de la même manière ! Selon cette étude, ils auraient une influence bien plus néfaste que ce que l’on pensait. Moonlighttour fait le point !

Quand on aborde le cancer, on a toujours peur que nos proches soient les prochains sur la liste. Or, il existe des moyens de s’en préserver.

Quand le cancer s’invite dans la cosmétique

Un secteur prolifique

Quand on part en vacances ou pour le quotidien, on a toujours l’habitude de se ravitailler en crèmes. Il en existe tellement sur le marché. De l’adolescence avec l’apparition des premiers boutons d’acné à l’âge adulte avec les rides, elles nous accompagnent. Quant aux spécialisées comme les solaires, elles pulvérisent tous les records de vente lorsque les beaux jours reviennent. Les marques de cosmétiques rivalisent donc d’imagination pour trouver la formule miracle. Malheureusement, malgré ces crèmes censées nous protéger, il y a quelques couacs qui nous laissent présager le pire au niveau de notre santé. La multiplication du nombre de cancer de la peau en est la preuve flagrante !

En coulisses, dans les laboratoires de recherche contre le cancer, c’est tout une autre histoire. D’ailleurs, plusieurs associations de consommateurs ont déjà tiré la sonnette d’alarme. On pense notamment au scandale lié aux perturbateurs endocriniens. Depuis dix ans, la gent féminine surveille de près les molécules présentes à l’intérieur de leurs produits de beauté préférés. Hélas, ce ne suffit pas toujours. En effet, il y a de plus en plus de termes scientifiques incompréhensibles. Dans la récente étude que nous allons vous résumer, il y a la preuve que nous n’avons pas fini avec cette affaire. Loin de là. Heureusement, Moonlighttour s’est renseigné et vous donne les informations essentielles à connaitre.

Un rapport plus que surprenant

Quand le CNRS et la Sorbonne Université s’associent, ça fait des étincelles. Publiée dans la revue médicale américaine Chemical Research in Toxicology, elle jette un froid dans l’industrie cosmétique. Du reste, elle n’avait pas besoin de ça en ce moment. Avec la pandémie, de nombreux diagnostics de cancer n’ont malheureusement pas été établi à temps. Ce qui fait que c’est souvent bien trop tard pour intervenir sur le patient. Or, les scientifiques se sont malheureusement aperçu qu’il avait un lien dans la fabrication de nos crèmes et la probabilité d’avoir la maladie.

L’enquête a duré un an. Pour qu’elle soit totalement impartiale, les spécialistes ont choisi plusieurs marques. Leur objectif est multiple : protection des UV, anti-âge, crème de jour… Les experts estimaient alors que la sélection est large, plus les résultats seront probants. Mais personne n’imaginait à quel point. Grâce à une technique révolutionnaire anti-cancer, ils ont pris soin de prélever une petite dose et de la faire vieillir. Et là, une molécule a réagi de manière totalement surprenante. Quand ils tombent nez à nez avec ce qu’est devenue l’octocrylène, ils n’en reviennent pas.

En fait, le composé chimique a muté en benzophénone. Et là, ce n’est plus du tout la même histoire. En effet, présente en bonne place dans la liste des perturbateurs endocriniens, cette molécule a de multiples conséquences sur la peau. Et plus largement sur notre santé. L’un des directeurs de l’étude précise même qu’elle “affecte les fonctions thyroïdiennes et perturbe le développement des organes reproducteurs.” Quelle horreur. Si on avait su…Moonlighttour n’y aurait jamais cru !

Incroyable mais vrai !

Du reste, même dans la communauté scientifique, cette annonce suscite de nombreuses réactions. Et pour cause. “A notre connaissance dans la littérature scientifique et de manière générale, personne [avant cette étude] n’avait démontré que l’octocrylène se dégradait en benzophénone”. Ils prennent alors une décision irrévocable. Plus que jamais, c’est le bon moment pour freiner les choses tant que c’est encore possible. Le message s’adresse à deux destinataires.

“C’est important d’alerter à la fois les fabricants de ces molécules et en même temps les consommateurs sur le fait que les produits qui contiennent de que l’octocrylène sont potentiellement dangereux” Voilà qui a le mérite d’être vraiment clair comme de l’eau de roche. Et le spécialiste va encore plus loin puisqu’il souhaite mener son projet à bien. À plus ou moins court terme, “il faudrait interdire les produits qui contiennent du benzophénone ET de l’octocrylène” Les fabricants n’ont qu’à bien se tenir. Maintenant, ils devront redoubler de vigilance dans ce qu’ils insèrent dans nos cosmétiques.

Et vous, vous savez ce qui vous reste à faire. Faire passer le message à vos proches comme trier vos armoires à pharmacie. Parce que chaque minute compte ! Votre comportement responsable éloigne le risque d’avoir un potentiel cancer. Que la force soit avec vous !