Café au lait, noir, avec ou sans sucre, le café est consommé par énormément de monde. Chaque année, dans le monde, la consommation de café augmente. Mais savons-nous vraiment à quoi nous exposons notre organisme en buvant ce breuvage ? Comme dans tout, il faudra louer les effets positifs et se méfier de ses effets négatifs. En effet, le café n’a pas que des vertus. C’est aussi connu qu’il nous rend accros, alors quels sont les conséquences d’une arrêt brutal de sa consommation sur l’organisme ? C’est ce que nous vous proposons de découvrir dans cet article.

Le café est-il un allié ou un ennemi ?

Le café a des défauts et des qualités. Comme toute chose en ce monde, rien ne doit être fait en excès pour éviter les déconvenues. Sauf peut-être le rire et la joie, car rien de néfaste ne saurait découler d’un excès de bonheur. Mais, pour ce que nous utilisons pour nous alimenter ou nous hydrater, il vaut effectivement mieux savoir où nous mettons les pieds. Le café est consommé par près de deux tiers de la population, selon l’Organisation internationale du café. Et peu de personnes connaissent les véritables effets de sa consommation sur nos organismes. A-t-il davantage d’effets néfastes que positifs ?

Le café est un stimulant, un excitant. Lors de son ingestion, le consommateur de café va sentir arriver “les hormones du bonheur” dans son cerveau. C’est ainsi que l’on appelle couramment la dopamine et l’adrénaline. Des hormones qui se libèrent lorsque les circuits neuronaux de la récompenses sont actifs. Mais comme tous les stimulants extérieurs, il est possible de développer une addiction. En effet, prendre l’habitude de son café tous les matins et arrêter du jour eu lendemain pourrait avoir des effets contraignants sur la santé et l’humeur du consommateur.

Son arrêt brutal n’est pas sans conséquences

Lorsqu’une personne cesse radicalement de boire du café, c’est un état de fatigue générale qui se déclare. À cela s’ajout une irritation et une hyper sensibilité. Ainsi, les maux de tête sont plus réguliers. En effet, les maux de tête sont induits par l’adénosine. Il s’agit vulgairement de l’hormone de la fatigue. C’est donc elle qui prend le relais en l’absence de dopamine notamment. De paire avec ce phénomène, le consommateur de café qui stoppe net sa apport en caféine se verra moins concentré qu’à son habitude.

Cependant, tous ses symptômes disparaissent une fois que l’organisme s’est habitué à la nouvelle norme, celle de ne pas consommer de café. Aussi, les personnes qui arrêtent d’en consommer peuvent nous dire qu’elles ont une meilleure hygiène dentaire. Car l’acidité du café n’est pas le meilleur moyen de préserver son sourire.

Les effets du café sur l’organisme

Si vous décidez d’arrêter de boire du café, il vous faudra donc prendre en compte une baisse de régime. Cette phase de “sevrage” ne dure pas trop longtemps mais elle peut être plus ou moins forte selon le rythme de votre consommation. Une fois la phase de “sevrage” passée, vous vous sentirez plus détendu qu’auparavant. Car votre organisme aura repris lui-même les commandes. Il n’attendra pas sa dose de caféine pour générer des hormones du bonheur. Il réapprendra à le faire lui-même, tout naturellement. C’est pourquoi il n’est pas recommandé d’en boire pour les personnes souffrant d’anxiété. Car les anxieux ont naturellement du mal à générer ses hormones du bonheur. Le café ne viendrait que dérégler davantage ces capteurs si sensibles.

En effet, il y a cela de fantastique avec l’organisme humain qu’il possède une grande capacité d’adaptation. Le café n’est pas forcément mauvais pour la santé. Mais il peut accélérer votre rythme cardiaque et, tout comme la théine, vous permettre de vous sentir bine de façon artificielle. Cependant, l’un des avantage souvent reconnu au café, c’est son aide précieuse pour gérer les kilos en trop. Car le café est un stimulant. De ce fait, il réduit la sensation de faim notamment. Alors, arrêter brutalement de boire du café vous fera peut-être prendre un peu de poids. Il existe même des professionnels de l’exercice physique qui vont jusqu’à recommander la consommation de café pour perdre du poids. Néanmoins, il ne faudra pas trop le sucrer pour en voir les effets positifs.

Rien n’est bon dans l’excès en terme de consommation

Enfin, il faudra se montrer vigilant sur les doses consommées au quotidien. En effet, le café peut s’avérer addictif et à en prendre toujours plus, il sera difficile de pouvoir s’en passer. Aussi, les états de mal-être généraux peuvent survenir chez ceux qui se privent de café du jour au lendemain. Pour réparer cet état, ill faudra en reprendre et patienter une trentaine de minutes pour se sentir mieux à nouveau.

Le café peut être une véritable drogue, au sens où il a un impact sur le fonctionnement de notre organisme. Mais sans excès, il peut s’avérer un allié infaillible pour faire face aux longues journées de travail. Sans en abuse, il est tout aussi sain d’en boire que de ne pas en boire finalement. À vous de constater l’état de votre consommation actuelle et de savoir réagir donc en conséquence.