Véritable ambassadrice du savoir-faire français, Brigitte Macron porte régulièrement des tenues de haute couture. Depuis l’élection de son mari, la première dame de France aime montrer ce qui se fait de mieux dans l’Hexagone. Chacune de ses apparitions est un véritable défilé de mode. Mais tout cet étalage de luxe a bien évidemment un prix. Le magazine Gala s’est donc intéressé au financement de cette garde-robe, digne des plus beaux contes de fées. Et le résultat peut paraître étonnant !

Les tenues portées par toutes les Premières dames de France ont toujours été un sujet d’attention. Et de l’épouse du Général de Gaulle jusqu’à la compagne de François Hollande, toutes ont été épiées pour analyser dans les moindres détails leurs choix vestimentaires. C’est d’ailleurs ce qu’il se passe aussi dans la plupart des autres nations mondiales. Que ce soit dans une royauté ou dans une République, le mari ou l’épouse du chef de l’État a un rôle très crucial. Même si juridiquement, certains ont moins d’importance que sur le papier, ils sont néanmoins l’objet de l’intérêt des populations et des journalistes. C’est d’ailleurs ce qui arrive à Brigitte Macron depuis ce jour de mai 2017, où elle a posé ses valises dans le palais de l’Élysée.

Fidèle à la tradition, l’ancien professeur privilégie des créateurs français. Et part sa présence médiatique, elle est l’ambassadrice de l’élégance ” Made in France “. Elle ne commet d’ailleurs jamais aucune faute de goût. Chacune de ses tenues est choisie avec le plus grand soin. Et elle arrive toujours à porter les vêtements parfaits pour les circonstances qu’elle doit affronter. Que ce soit en vacances au Fort de Brégançon ou lors de somptueux dîners officiels, Brigitte Macron apparaît toujours dans un style parfait. Mais certains Français se demandent qui paye ses vêtements de luxe.

En réalité, la réponse est très simple. Ce sont généralement les maisons de haute couture qui se battent pour lui proposer quelques-unes de leurs plus belles pièces. Car évidemment quoi de mieux pour, que d’avoir l’épouse du président de la République française comme représentante. Il s’agirait donc le plus régulièrement, de prêts ou de cadeaux faits par les maisons de luxe. Dans un souci de clarté, ces cadeaux vestimentaires font même l’objet d’un contrat détaillé. ” Brigitte Macron ne conserve jamais ces tenues, restituées à l’issue des voyages officiels. Dans un souci de transparence, son cabinet a d’ailleurs fait rédigé un accord cadre sur les prêts de ses vêtements afin d’instaurer une véritable séparation entre sa garde-robe privée et son dressing officiel. Œuvres éphémères, ces tenues sont parfois décousues, parfois conservées en l’état ” avait déclaré un porte-parole de l’Élysée.

Certaines pièces sont par contre offertes à Brigitte Macron. Mais même si elle les porte, ce n’est pas elle qui en bénéficie au final. ” Tous les cadeaux faits à la présidence appartiennent à l’Élysée et sont inventoriés : ils restent donc une fois les occupants actuels partis ” peut-on lire dans le protocole rédigé par le cabinet du président. Selon une règle instaurée au palais de l’Élysée, tous les cadeaux supérieurs à 150 euros sont refusés. Si la Première dame de France peut profiter de ses tenues dans son dressing, ce n’est généralement que pour quelques heures ou pour quelques jours. Une fois l’événement terminé, toutes ses créations offertes se retrouvent dans l’inventaire de la résidence des présidents de la République. Il s’agit d’une règle très stricte qui permet d’éviter tout conflit d’intérêt. Et cela va encore plus loin.

Mais il arrive également sur Brigitte Macron apparaisse à l’écran avec ses propres vêtements. Et dans ce cas-là, il n’existe évidemment aucune règle. La femme du président est évidemment libre de porter ce qu’elle désire. Tout en gardant à l’esprit l’image qu’elle représente. Et dans ce domaine, Brigitte Macron s’est toujours montrée d’un goût très sûr.

Le choix de tenues prêtées, offertes ou achetées est d’ailleurs très souvent un objet de discussion pour les journalistes. Et notamment pour la presse étrangère, très admirative de l’épouse d’Emmanuel Macron. Que ce soit en Angleterre ou en Allemagne, chaque apparition de la première dame est scrutée dans les moindres détails. Un peu dans le style de Jackie Kennedy qui, elle aussi, était une ambassadrice de la mode. Les tabloïds britanniques font d’ailleurs régulièrement la comparaison entre les deux femmes.

Son style s’est d’ailleurs affiné au fil des années. Brigitte Macron aurait d’ailleurs été conseillée par l’une de ses proches, Delphine Arnault la directrice générale adjointe de Louis-Vuitton. Elle semble donc fidèle au groupe LVMH. Mais également à des designers français comme Balmain dans les créations réalisées par Olivier Rousteing. Au fil des mois, la Première dame sera apparue dans des styles les plus variés. On se souvient de sa tenue blanche immaculée lors du discours du président à Bercy en 2007. Mais elle est également apparue dans des robes à paillettes ou avec des tailleurs plus strictes.

Chacune des visites d’État est également l’occasion pour Brigitte Macron de faire la promotion de ce qui se fait de mieux en France. Et pour paraître au mieux de sa forme, un budget mensuel lui serait même consacré par l’Élysée. Il s’agirait d’une enveloppe de plus de 5 000 euros par mois dans lequel elle pourrait piocher. Il s’agit en fait d’une enveloppe plus globale qui comprend les frais de représentation du couple présidentiel. Selon le rapport de la Cour des comptes, les prestations, auxquelles Brigitte Macron a droit, se font pour le compte de la présidence de la République. Et représente un montant forfaitaire mensuel de 5 200 euros TTC. Le budget annuel destiné à la beauté de la femme du président, est donc de plus de 60 000 euros par an. Cette somme lui sert notamment à se rendre chez une coiffeuse prénommée, Mireille, dans le 8e arrondissement de Paris. Cet endroit est bien connu pour accueillir tous les couples présidentiels depuis de nombreuses années.

Il faut également rappeler que la première dame ne bénéficie d’aucun salaire ou d’aucune rémunération. Et lorsque on étudie tous ces chiffres de plus près, il semblerait bien que la première dame de France actuelle soit moins dépensière que ses prédécesseurs.