Depuis l’Élysée, la première dame (Brigitte Macron) aurait du mal à supporter l’isolement imposé par les autorités en pleine crise du coronavirus, selon « Elle ».

Même sous les ors de l’Élysée et entouré de personnel, le confinement reste un difficile exercice. En atteste l’information rapportée par le magazine Elle du vendredi 27 mars : Brigitte Macron, elle aussi recluse depuis près de deux semaines, vivrait mal l’isolement.

« L’épouse du président vit ce retranchement avec difficulté », écrit le magazine, s’appuyant sur les dires d’un proche de la première dame : « Ça lui coûte. » Le journal cite quelques-uns des renoncements concédés par l’ancienne professeure de français.

« La Première dame ne sort guère plus. La plupart du temps, elle déjeune dans son bureau, sur la table de réunion, avec le conseiller présent, peut-on lire. Lorsqu’ils sont plus nombreux, pour respecter le mètre de distance de chacun, ils changent de pièce. Plusieurs déjeuners se sont ainsi tenus dans le salon Paulin : la table y est plus grande. Le service à la française, où chacun pioche dans les plats, a été remplacé par le service à l’assiette, plus hygiénique. »

Des connaissances sollicitent des passe-droits

Pour autant, Brigitte Macron fait face et s’adapte. Ses rendez-vous sont désormais téléphoniques, les déjeuners se font à bonne distance des conseillers présents et les sorties sont proscrites. Loin de l’image donnée à voir par Emmanuel Macron et son épouse, il y a quelques semaines encore, notamment lors d’une sortie au théâtre.

Ou encore lorsque la première dame s’était rendue sur les quais de Seine, le 15 mars, alors même que l’exécutif demandait aux Français de respecter les mesures de distanciation sociale et d’éviter les sorties.

Dans son édition de vendredi, le magazine féminin décrit aussi les habitudes perturbées du couple présidentiel, entre un chef de l’État contraint de renoncer aux serrages de mains et autres embrassades, et une première dame sollicitée par de « nombreux proches, amis et autres connaissances inquiets », écrit Elle. Ces derniers, en quête de passe-droits, se verraient opposer des fins de non-recevoir, selon l’entourage de Brigitte Macron.

Brigitte Macron : à quel âge la première dame a-t-elle pris sa retraite de professeur ?

A l’heure où la réforme des retraites voulue par Emmanuel Macron ne cesse de faire gronder les Français, certains se demandent à quel âge son épouse a pris la sienne. Une information justement révélée l’an dernier dans une biographie de Brigitte Macron.

Avant d’être la première dame, Brigitte Macron a eu une longue carrière. Dans Madame la présidente, une biographie parue en février 2019, les journalistes Ava Djamshidi et Nathalie Shuck écrivent que cette ancienne professeure de 66 ans a commencé à enseigner « au milieu des années 80, autour de l’âge de 30 ans ».

Elle a notamment longtemps été professeure de lettres au lycée privé catholique La Providence d’Amiens, un établissement où elle a rencontré le jeune Emmanuel Macron. En 2007, elle l’a suivi à Paris et est devenue sa femme.

Brigitte Macron a alors commencé à enseigner à Saint-Louis-de-Gonzague, un lycée privé jésuite de la rue Benjamin-Franklin, dans le 16ème arrondissement de Paris. Elle y est restée jusqu’à sa retraite, qu’elle a prise seulement quelques années avant que son époux accède aux plus hautes fonctions de l’Etat.

L’âge de départ à la retraite de Brigitte Macron révélé

Comme l’a relevé Gala, Ava Djamshidi et Nathalie Shuck racontent dans Madame la présidente que Brigitte Macron a annoncé son départ à la direction du lycée Saint-Louis-de-Gonzague en juin 2015. « Elle a alors 62 ans, l’âge légal pour partir à la retraite, précisent les auteurs de la biographie. Elle aurait pu continuer à enseigner, mais cela signifiait ne plus le voir, lui qui était absorbé par sa nouvelle vie de ministre de l’Economie. »

Alors en place depuis un peu moins d’un an, Emmanuel Macron commençait aussi, doucement, à prendre ses distances avec le gouvernement de Manuel Valls. Il annoncera finalement en juin 2016 la création de son parti En Marche, puis quelques mois plus tard sa candidature à l’élection présidentielle… avec la suite que l’on connaît.

« Retraitée de l’enseignement depuis bientôt cinq ans » comme le rappelle Gala, Brigitte Macron demeure très investie. Elle est la présidente du comité pédagogique de L’Institut des vocations pour l’emploi de Clichy-sous-Bois, où elle intervient parfois en tant qu’enseignante.

« Elle veut faire découvrir la littérature classique et le patrimoine culturel. Elle interviendra une ou deux fois par session. Elle a très envie de rencontrer les élèves, de les accompagner », avait rapporté le JDD en août dernier. Selon les informations de Gala, elle compte même participer prochainement à la création de deux antennes de l’institut, près de Valence et Roubaix. Une retraitée plutôt active, donc !