Brigitte Bardot œuvre pour la défense des animaux via sa Fondation Brigitte Bardot. Véritable business woman sur Instagram, Maddy Burciaga multiplie les partenariats rémunérés avec les marques. Récemment, elle aurait dépassé les bornes. Elle aurait utilisé l’image de la Fondation pour vendre ses propres produits, sans s’être concertée au préalable avec l’association. Brigitte Bardot voit rouge !

A 27 ans, Maddy Burciaga peut se targuer d’être une grande influenceuse d’Instagram. Brigitte Bardot De son vrai nom Maddy Sheidler, elle rassemble quelques 2,4 millions d’abonnés sur son compte. Sa célébrité, elle la doit à la télé-réalité. Le public l’a en effet découverte dans la saison 4 de Qui veut épouser mon fils ?, en 2015. Ravie de cette première expérience sous les caméras, la jeune femme enchaîne quelques mois plus tard avec Friends Trips (saison 2).

La starlette de télé-réalité devient une redoutable business woman sur Instagram

Maddy Burciaga réapparaît sur le petit écran dans La villa des cœurs brisés (saison 2). Maddy Burciaga prend vraiment son envol grâce aux Marseillais VS le Reste du Monde (saison 2). Les téléspectateurs se souviennent notamment de son histoire d’amour avec le désormais célèbre Julien Tanti. Sa dernière participation dans le monde de la télé-réalité remonte à 2018. Elle intégrait le plateau des Anges. Depuis, Maddy Burciaga a tiré un trait sur cet univers pour se consacrer exclusivement aux réseaux sociaux. Il faut dire qu’elle touche beaucoup d’argent grâce à de nombreux partenariats rémunérés.

Mais cette fois-ci, l’ex petite amie du YouTubeur GMK semble être allée trop loin. Maddy Burciaga a annoncé faire un partenariat avec la Fondation Brigitte Bardot alors que ce n’était pas le cas. Elle précisait également que 25% des recettes serait reversées à l’association de défense des animaux. Comble du comble, pour promouvoir cette opération, la jeune femme a publié une photo d’elle avec un lionceau blanc.

La fondation a réagi pour dénoncer le détournement de son image à des fins commerciales : “La Fondation tient à préciser qu’elle n’a jamais autorisé une telle exploitation de son nom et de sa réputation », pouvait-on lire dans un communiqué officiel. « Elle n’a d’ailleurs jamais été sollicitée, ni évidemment rémunérée ».

Sa prétendue bonne foi ne convainc pas !

Pour sa défense, Maddy Burciaga publie une vidéo en story dans laquelle elle s’exprime longuement. “Aujourd’hui, je suis d’accord, cette photo n’était pas appropriée. Ça c’est de la maladresse, tout simplement.”, justifie-t-elle au sujet du lionceau. Et de poursuivre : “Pour clarifier les choses, le problème n’est pas le reversement des dons puisque cela a été fait depuis quelque temps déjà. Pour ceux qui suivent la marque, Mlips a reversé des dons à plusieurs associations. Là on avait choisi la Fondation pour la défense des animaux. (…) Je fais ça de bon cœur.”

Oui mais voilà, sa prétendue bonne foi ne suffit pas. « Face aux allégations mensongères de Madame Burciaga sur ses réseaux sociaux et sur son site marchand, la Fondation se réserve le droit d’entamer toutes les poursuites qu’elle jugera nécessaires », lui a répondu la Fondation.

C’est ici qu’Hugo Clément intervient. En effet, le journaliste du Quotidien sur C8 a révélé que l’influenceuse n’avait jamais reversé les sommes d’argent. “ Il a fallu attendre hier, à 13h22. Alors que la polémique montait sur les réseaux sociaux, pour que la marque @mlipscosmetics fasse un virement de 200 euros sur le site de la Fondation », affirmait le journaliste sur son compte Twitter.

Le pire, c’est que les produits associés à cette vente ont vraisemblablement eu recours à des tests sur des animaux !