Benjamin Castaldi a été la victime d’un piège élaboré par des photographe en quête de scoops. Pire, il aurait été victime d’un chantage !

Benjamin Castaldi n’a pas toujours été chroniqueur. Avant de se retrouver sur le plateau de Cyril Hanouna dans TPMP, c’est lui qui animait ses propres plateaux. Lof Story, Secret Story ou encore La Nouvelle Star, c’était bien lui qui étaient aux commandes de ces programmes de grande audience. Aussi, il était donc plus facilement pris pour cible par les paparazzis. Il lui dit lui-même sur le plateau de TPMP, il gagnait extrêmement bien sa vie avant que tout bascule. En tant que célébrité, il était donc courant qu’il fasse les gros titres. Benjamin Castaldi a donc fait les frais de plusieurs expériences désagréables.

Benjamin Castaldi dévoile des anecdotes sur son rapport aux paparazzis

L’ancien animateur n’apprécie pas vraiment les méthodes de ses photographes. Non seulement ils réussissent à “voler” des images de la vie privée des vedettes, mais ils les revendent aussi au plus offrant. Dès lors, ces images peuvent être interprétées de différentes manières pour créer le buzz. Benjamin Castaldi a notamment été soupçonné de trop boire pendant qu’il jouait avec ses enfants. Il en a donc des souvenirs douloureux. C’était il y a deux ans, et déjà, il en faisait part sur le plateau de TPMP auprès de Cyril Hanouna. Mais ce n’est malheureusement pas la seule anecdote qu’il ait à révéler sur le sujet.

Des photos prises sans qu’il ne s’en rende compte, cela lui arrivait très souvent. Depuis, c’est moins le cas car il n’est plus le grand animateur qu’il était. Mais il reste une personnalité très connue et pour lequel les photos valent une grosse somme d’argent. Alors, les paparazzis ne lésinent pas pour tenter d’avoir des images de lui dans des situations inconfortables. D’après Benjamin Castaldi, il aurait aussi pu faire l’objet de chantage à cause de certaines photos. En effet, quand des photos sont prises, les photographes tentent de les revendre aux personnes qu’il “piègent” avant de les vendre dans la presse. C’est une manière comme une autre de se faire de l’argent. Mais il est effectivement déplorable que cela se fasse aux dépens des célébrités. Ce sont des vies qui sont parfois en jeu sous de simples clichés.

Le chroniqueur de TPMP n’apprécie pas les méthodes des photographes de scoop

Certains paparazzis ont effectivement peu de limites pour réussir à faire une photo qui se vendra à pris d’or. Alors, autant accepter de faire des interviews et des séances photos officielles plutôt que de se laisser avoir par surprise. Benjamin Castaldi l’a bien compris et de nombreuses célébrités, même si elles n’aiment pas toutes prendre la pose, se prêtent au jeu de temps en temps.

Des paparazzis peuvent aussi avoir des méthodes plus galantes et moins invasives. Mais dans ce monde où la compétition est rude, il faut en général s’être fait un nom avant d’avoir de pouvoir se le permettre. TPMP essaye toujours d’avoir les différents points de vue sur son plateau. C’était donc avec joie que Cyril Hanouna invitait un célèbre photographe de star. Il était notamment à l’origine de la photo qui officialisait le couple de François Hollande et de Julie Gayet. Ou encore de celle qui révélait l’existence de la fille cachée de François Mitterand. le regard de Benjamin Castaldi sur el photographe quand il raconte ses anecdotes en dit long sur son malaise.

Mais ce n’est pas à ce genre de professionnel que Benjamin Castaldi avait à faire. Il se retrouvait plutôt confronté à des personnes sans scrupules qui voulait causer du tord à son image. Il faut dire que les médias à scandale se vendent très bien auprès du public. Les fans de célébrités sont friandes de scoop, quitte à apprendre le pire sur leurs stars favorites.

Un piège qui aurait conduit à un chantage déloyal

Benjamin Castaldi raconte alors qu’il s’apprêter à retrouver l’une de ses fréquentations. C’était avant qu’il soit en couple avec la mère de son dernier fils, Gabriel. Il avait un rendez-vous avec cette personne mais a senti l’entourloupe. Il décidait donc de ne pas se rendre sur place et son flair ne l’a pas trahi. En effet, des paparazzis l’attendaient discrètement, prêts à faire des photos sensationnelles. Ensuite, si Benjamin Castaldi voulait qu’elles ne soient pas publiées dans la presse, il aurait dû les payer à pris d’or, plis cher que si elles étaient vendues à un magazine ou à un journal.