Un AVC (accident vasculaire cérébral) résulte d’en endommagement du cerveau. C’est la suite de l’arrêt de la circulation du sang, de l’apport en oxygène et en nutriment, dans ce dernier. Un vaisseau sanguin bloqué ou qui éclate conduit donc à l’AVC. Mais il existe différents degrés d’AVC. Cela dépendra de la zone du cerveau endommagée et de l’ampleur des dégâts. Certains peuvent entraîner jusqu’à la mort subite et d’autres peuvent laisser des séquelles irrémédiables chez la personne qui en est victime. Mais si l’on parle “d’accident” c’est alors pour souligner le caractère soudain de ce phénomène. Cependant, des signes avant-coureurs peuvent être détectables au moins un mois avant que l’AVC n’intervienne. Apprenons alors à les repérer pour prévenir de lourdes conséquences autant que possible.

Les accidents vasculaires cérébraux font toujours des victimes

Le corps humain est fascinant. Il est capable de s’adapter à toutes les situations. L’instinct de survie est présent en nous depuis toujours et il en nous quitte pas malgré l’absence du caractère “sauvage” de nos vies en société. Pourtant, nous avons aujourd’hui oublié comment lire les signes complexes que notre corps peut nous envoyer. En effet, nous ne sommes capables que de dire que nous avons froid quand nous avons la chair de poule ou de dire que nous avons chaud si nous transpirons. Mais que cela signifiait-il d’avoir les mains moites ? Ou de ressentir une pointe dans le ventre ? Il s’agissait certainement de signes très clairs de notre corps par rapport à notre environnement. Mais nous avons oublié tout ce qui n’est plus nécessaire à notre confort. Car aujourd’hui, nous sommes davantage motivés par le confort que par la survie.

Le premier symptôme de l’AVC, la perte de sensibilité musculaire

Nous allons donc revoir les signaux que notre corps nous envoie pour prévenir un AVC. Cela peut être des sortes de petites problèmes qui paraissent sans conséquences. Mais ce sont en réalité des signaux qui préviennent d’un AVC plus sérieux qui arrive. Différents symptômes sont alors en jeu lors d’un accident vasculaire cérébral. Le principal symptôme qui survient est celui de la perte de sensibilité. En effet, nous ne sentons plus notre visage ou un membre en particulier. De plus, cette perte de sensibilité semble se fixer en général sur un seul côté du corps. Cela est effectivement très révélateur de l’AVC lorsqu’une seule moitié du corps semble complètement amorphe.

Le deuxième s’associe aux difficultés de compréhension et d’expression

Les autres premiers symptômes les plus courants sont en rapport à la parole. En effet, les victimes d’AVC souffrent de forte confusion. Ils ont des difficultés à s’exprimer de façon claire et ne font pas de phrases cohérentes. Des mots seront utilisés à la place d’autres et les constructions des phrases seront totalement inédites. En revanche, la victime ne se rendra pas forcément compte de son problème d’expression. De même qu’ils ne parviennent pas à se faire comprendre, ils ne sont plus vraiment aptes à comprendre non plus. Les mots entendus prennent d’autres sens que ceux qui y sont associés normalement. À la moindre apparition d’incohérence dans l’expression il faut agir vite et appeler les secours. C’est bien souvent un AVC qui se déclenche.

Troisième symptôme de l’AVC, les troubles de la vision

Puis, s’ajoute à ces symptômes celui de la perte ou la baisse de la vue. Il s’agira d’un œil ou bien des deux. La victime d’AVC verra alors sa vision s’obscurcir ou se déformer, devenir floue. Le cerveau contrôle tous les organes de notre corps. Lorsqu’il n’est plus alimenté en sang ou en oxygène, il ne peut donc plus assurer ses fonctions. La vue se dégrade, l’expression est complément déréglée et les mouvements sont difficiles. Le système nerveux est endommagé rapidement par le manque d’apport en sang ou en oxygène. Plus les secours tardent à intervenir et plus le cerveau en subira de lourdes conséquences. Trop longtemps sans alimentation, le cerveau peut ne plus être capable de “redémarrer”.

Quatrième symptôme principal, des difficultés de motricité

Ensuite, il est également caractéristique lors d’un AVC de souffrir de vertiges, de perte d’équilibre et d’absence de coordination dans nos mouvements. Impossible alors de marcher sans s’effondrer. En effet, certains personnes victimes d’AVC finissent par s’évanouir ou par perdre conscience. Cela intervient lorsque la zone du cerveau touchée est responsable des mouvements. Là aussi, au moindre signe, mieux vaut constater les secours et leur demander une intervention rapide.

La migraine est également un symptôme précurseur de l’AVC

Enfin, le dernier des signes qui annoncent un AVC imminent sont des migraines très douloureuses. Elles sont si douloureuses que les patients ne peuvent que les reconnaître comme étant anormales. C’est donc un signal du corps de la victime pour le prévenir de la gravité de la situation. Et ce genre de signaux sont légions, tous les éléments cités sont à prendre en compte pour éviter la catastrophe. Car lorsqu’ils sont tous ensemble c’est que l’AVC est là. Si seulement quelques-uns des symptômes se manifestent, il est temps d’agir rapidement.

Restez attentifs pour être réactifs et prévenir des drames

Si vous pensez avoir été victime de ces symptômes sans pour autant subir un AVC, vous prenez des risques pour votre santé. Les avis médicaux sont toujours bons à prendre pour vous rassurer de ce côté là. Et si vous reconnaissez l’un de ses symptômes mais avez un doute sur ce qu’il est en train de se passer, il existe quelques techniques pour savoir si vous êtes victime d’un accident vasculaire cérébral mineur ou en cours. Vous devez vous regarder dans un miroir et sourire. Si votre sourire s’affaisse d’un côté seulement de votre visage c’est une preuve de l’accident. Vous pouvez également tenter de lever vos deux bras en l’air. Si l’exercice est trop difficile c’est alors que l’AVC arrive.

Quelques soient les symptômes, ne tentez pas de vous en sortir seul. Contactez les urgences rapidement pour qu’elles vous conduisent à l’hôpital. EN effet, ne prenez surtout pas le volant vous-même dans cet état. Car, l’AVC pourrait survenir à tout moment et provoquer un accident de la route. Les infarctus et les hémorragies cérébrales sont les formes les lus courantes d’AVC. Restons donc vigilants aux signaux que notre corps peut nous envoyer soudainement. Il pourrait s’agir d’avertissements et nous n’aurons que peu de temps pour réagir.