Alimentation: L’Université d’Australie-Méridionale et de Gyeonsang a récemment démontré que la viande rouge cuite à trop haute température pourrait engendrer plus de risques de maladies cardio-vasculaires.

La revue « Nutrients » a récemment publié une étude menée par des chercheurs de l’Université d’Australie-Méridionale en collaboration avec l’Université nationale de Gyeonsang, qui alerte quant à la consommation de viande rouge cuite à haute température.

Il révèlent alors que la viande rouge cuite ou transformée augmente le taux d’une protéine qui pourrait accroître les chances de maladies cardiaques, d’AVC et de complications pour les personnes diabétiques.

“Quand la viande rouge est cuite à haute température : grillée ou frite, cela créé une haute concentration d’AGEs (Advanced Glycation End product formation), qui une fois consommés, s’accumulent dans votre corps et peut interférer avec le bon fonctionnement des cellules”, prévient le Dr. Permal Deo, dans un communiqué.

C’est chauffés à une température dépassant les 110° que les AGE se développent. Ce sont des glycotoxines qui se développent dans les aliments d’origine animale et céréales.

Avec l’âge, les glycotoxines sont moins facilement éliminées par le corps et elles peuvent provoquer certaines maladies coardiovasculaires.

“Nous devons revoir notre manière de consommer la viande rouge »

Les chercheurs de cette université ont alors réalisé des tests sur deux diètes différentes, afin de vérifier les risques liés à ce mode de consommation.

La première e st composée de viande rouge et céréales raffinées et l’autre est composée de légumes, noisettes et de viande blanche cuits à la vapeur.

Les résultats sont très révélateurs : le régime à base de viande rouge a augmenté de façon considérable le taux de glycotoxines dans le sang.

Le Professeur Peter Clifton, co-chercheur de cette étude préconise de “revoir notre manière de consommer de la viande rouge ou prendre en considération comment nous la cuisinons », afin de limiter les mauvais effets de la viande rouge sur notre santé.

Les maladies cardiovasculaires sont d’ailleurs la première cause de décès dans le monde, pourtant elles pourraient être largement évitées : »Si vous voulez réduire les risques d’excès de glycotoxines, alors les cuissons lentes et à faible température devraient être une meilleure option pour notre santé sur le long terme » poursuit le professeur Clifton.

Sans parler même de cuisson, la consommation de viande rouge est associée à un risque accru de maladies cardiovasculaires, de diabète de type 2, de cancers, ainsi qu’à un risque accru de mortalité. Mais la viande rouge est aussi une source de protéines, d’acides aminés essentiels, de vitamines (vitamine B12), de minéraux (fer et zinc) et d’autres micronutriments.

Le végétarisme, mode de vie qui exclut la consommation de nourriture d’origine animale se traduit par diminution du risque d’accidents cardiovasculaires.

Le risque d’être touché ou de décéder de maladies coronariennes est d’environ 25 % plus faible chez les végétariens que chez les non-végétariens. De 30 % plus faible en ce qui concerne le risque d’AVC et 32 % en ce qui concerne une mortalité prématurée.

Mais un régime d’exclusion totale de certains aliments aboutit souvent à des carences. LE but n’est donc pas d’interdire la consommation de viande rouge mais de limiter celle-ci afin d’aboutir à un équilibre.